Aubépine #1

ok, mais si il faut tailler très peu les années avant un rempotage, et tailler très peu les années après un rempotage, ça devient compliqué d'avancer. Je suis quand même d'accord que sur un arbre un peu juste en vigueur, il vaut mieux le laisser faire un maximum de réserves avant le rempotage car si la vigueur est limite, l'aérien ne va pas prendre trop d'ampleur. là c''est pas la vigueur qui manque.

 

Le soucis sur celle là était le coté démesuré de l'aérien par rapport aux racines qu'il lui restera après rempotage,surtout en laissant pousser encore. Il aurait obligatoirement fallu équilibrer l'aérien et le racinaire et pour faire ça je préfère tailler en prévision d'un rempotage, qu'au moment du rempotage.

 

En juillet on a vraiment eu une météo dégueulasse et c'était difficile de savoir si les arbres ne poussaient pas à cause de la météo ou à cause de soucis de vigueur, j'avais pas mal tapé dedans avant donc j'ai pas voulu prendre le risque de faire une taille supplémentaire fin juillet-début aout, mais j'aurai su qu'elle pousserait autant en aout, c'est évident que j'aurais préféré le faire à ce moment là plutôt que 15 jours plus tard.

ok, mais si il faut tailler très peu les années avant un rempotage, et tailler très peu les années après un rempotage, ça devient compliqué d'avancer

Ba non pas forcément vu qu’on taille au moment du rempotage.

Et si le boulot est bien fait en amont, et que post rempotage la vigueur est bonne, rien n’empêche de faire une petite taille en vert l’année du rempotage.

Et puis dans tous les cas on ne travaille pas l’aérien pendant qu’on construit un nébari. Donc ça avance moins c’est sûre mais au final on gagne du temps après.

Ba non pas forcément vu qu'on taille au moment du rempotage.

c'est sur ce point qu'on est pas d'accord alors, parce que je pense qu'il vaut mieux ne pas tailler au moment du rempotage.

comment tu vas faire tes branches plus tard (conformément à ton virtuel) ? :spb90:

En regardant mon dernier virtuel et les photos avant/après de la dernière taille, je comprend mieux ta question, le virtuel n'était pas très précis surtout concernant la première branche gauche, il faudrait qu'elle se situe plus haut un peu comme ça:

329590

evoprojet.jpg

sur le dernier virtuel, c'est vrai que l'avantage était qu'elle se trouvait dans un extérieur de courbe, mais le problème c'est qu'il y a déjà la branche arrière à ce niveau là, et de toute façon je n'avais pas encore de départ de branche à cet endroit ce qui est un peu embêtant (la végétation qu'on voit à ce niveau là sur la photo d'avant la dernière taille est en fait le prolongement de la branche arrière, c'est pas flagrant en 2D, surtout que la qualité de la photo n'est pas top). J'ai par contre un départ de branche un peu plus haut, et donc mieux décalé par rapport à la branche arrière, elle se retrouve sur une partie plus droite du tronc mais "libère" le mouvement du tronc en dessous d'elle améliorant l'aspect de l'espace vide.

Sur persistant ok. Mais pas sur les caduques. Ça redémarre mieux et plus fort quand on les taille au rempotage.

Mais bon effectivement, chacun fait comme il veut ^^

Sur persistant ok. Mais pas sur les caduques. Ça redémarre mieux et plus fort quand on les taille au rempotage.

 

c'est une idée reçue, à court terme l'arbre semble mieux repartir en aérien, mais les racines se développent moins bien, à moyen et long terme on perd en vigueur.

source: https://www.jardinsdefrance.org/reussir-la-plantation-des-ligneux-attention-aux-idees-recues/

"La plupart des praticiens ont toujours préconisé de tailler les parties aériennes quand on plante en racines nues. Comme on ne laisse que 20 % des racines, on pense qu’il faut équilibrer au niveau de la ramure et qu’il faudrait tailler en conséquence pour que la plante ne s’épuise pas en attendant que les racines ne se développent. En fait, la science nous montre aujourd’hui qu’il faut éviter cette taille. Les pousses terminales (apex) des branches sécrètent une auxine qui a pour effet de stimuler le développement du système racinaire. Si l’on raccourcit les rameaux, on supprime les apex, donc la source d’auxine qui ne stimulera pas les racines.

Cela fonctionne, bien sûr, à condition que la plante ne manque pas d’eau. « C’est pourquoi je ne suis pas adepte de la taille à la plantation. Les responsables des villes ne font d’ailleurs plus tailler leurs arbres à la plantation, quel que soit leur conditionnement, conteneur ou racines nues. C’est une fois que la plante est installée, au bout d’un ou deux ans, que l’on pourra tailler pour éventuellement poursuivre la taille de formation », complète Pascal Prieur. Une exception : les plantes à enracinement facile, comme les rosiers, qui émettent des racines dès la jauge. Dans ce cas, on peut effectuer une taille sévère à la plantation."

 

Je vais ouvrir un sujet dans la section "trucs et techniques" à ce sujet pour débattre plus en détail si besoin, et éviter d'avoir 10 pages à ce propos ici.

du coup je met le lien vers le sujet en question si ça intéresse quelqu'un qui passe par là, pour pas qu'il ai à chercher : http://www.parlonsbonsai.com/forums/index.php/topic/66520-rempotage-avec-ou-sans-taille-de-laerien/

l'idéal serait qu'elle refasse une pousse rapidement, ensuite ralentie par l'arrivée de l'automne et qu'elle soit enfin à un volume convenable pour un rempotage.

Bon bah pour le redémarrage rapide ça l'a fait, pour le ralentissement en automne ça l'as beaucoup moins fait.

330616

28-10-21.jpg

Il va falloir que je change ma stratégie car il n'y a pas du tout de bourgeons terminaux forts, mais il y a déjà des bourgeons axillaires assez importants en début et milieu de branches. je pense que je vais tenter une réduction à un quart (environ, en fonction de l'allure des bourgeons) des dernières pousses quand celles-ci montreront des signes de sénescence pour privilégier les bourgeons assez forts dès maintenant, le but étant qu'il produisent suffisamment d'auxine pour une production racinaire correcte au rempotage.