Un chêne de mes racines…

Non, c’est une traduction (un peu boiteuse j’avoue) de l’étude que j’ai citée.
Ils disent qu’entre les caractères morphologiques étudiés (80 caractères, quand même) il y a une différence nette entre les sessiles et les pédonculés , mais pas entre les sessiles et les pubescents (un « continuum » morphologique) ce qui les rend plus difficilement distinguables.

Hello à tous,
Jusqu’ici ce chêne avait un beau feuillage.
La semaine dernière, il a eu une première trace d’oïdium, je l’ai immédiatement traité au soufre ( ce dont les tâches blanches visibles sur certaines feuilles de la photo…)
Mais sur d’autres feuilles, certaines zones ont séché et je ne sais pas à quoi c’est dû. C’est seulement entre les nervures. Ça a commencé par une légère décoloration, puis c’est devenu sec en moins de deux jours. C’est limité à deux feuilles pour l’instant et il ne semble pas y avoir d’insectes à proximité…

Est-ce que quelqu’un en connaît la cause, le risque de propagation et les moyens de prévention / traitement ?

Je n’ai jamais vu ces symptômes sur mes chênes.
Cela pourrait ressembler à des brulures…
La concentration en soufre était correcte ? 15 g/L est un maximum.

Pas de Caliroa annulipes (Tenthrède limace des feuillus) à l’envers des feuilles ?

J’ai revu les instructions de traitement, je pense que j’ai traité à 7,5 g/L, même avec l’imprécision de la mesure par cuillère doseuse, ça ne devrait pas dépasser 15. Ce ne sont pas les feuilles qui ont reçu le plus de soufre qui ont ces tâches brunes. Pas vu non plus les choses à l’aspect gluant dont tu parles :sweat_smile:
Par mesure de précaution, je vais couper ces feuilles et les brûler. Certaines mentions d’anthracnose du chêne sur internet ressemblent un peu à ce que j’ai.

J’ai comme principe de ne pas envisager le pire d’abord.
De plus, l’anthracnose du chêne attaque les nervures et le pétiole de la feuille, ce qui n’est clairement pas le cas ici.
Couper les feuilles atteintes me semble une bonne décision et surveiller si la chose se reproduit ailleurs.