Genévrier , prélèvement ou pas ?

Bonsoir tout le monde ,

 

je lance ce sujet pour réunir un maximum d'infos pour un prélèvement de genévrier car c'est une essence plutôt délicate .

 

Avant de commencer je vais vous donner les conditions dans lesquelles je compte prélever et cultiver :

 

1- Je n'ai pas encore l'autorisation pour prélever , bien que cela ne soit pas un gros souci vu que c'est sur le terrain de mon propriétaire ( qui est en pleine vendanges )

 

2- le Bébé en question est à moitié déraciné du à un éboulement et je ne suis pas sûr qu'il tienne le coup encore longtemps si de fortes pluies arrivent

 

3- je ne prélèverais pas avant d'avoir fait l'acquisition d'une serre de 7m2 qui est prévue pour mes semis , mes sujets les plus fragiles et mes prélèvements de l'année

 

4- de toutes façons je ne suis pas sûr de pouvoir le prélever et c'est pour cela que j'ai besoin de vos retours d'expériences pour savoir si c'est réalisable ou si c'est voué à l'échec et aussi avoir vos avis sur son possible potentiel .

 

Voici quelques photos du sujet , d'un schéma pour le prélèvement et de la serre que je dois acquerir :

 

comme supposé sur le schéma la possibilité qu'il y est des racines et radicelles près du nébari me parait peu probable ou pas assez nombreuses pour faire vivre l'arbre sans la ou les traçantes qui a coup sûr sont plus haut sous les pierres dans le talus .

 

Je ne sais pas quelle décision prendre a savoir : 

 

- dégager un maximum de traçantes pour les conserver durant la 1ere phase de culture et les amputer d'ici 2 ans le temps que des racines se forment près du nébari 

 

- étaler le prélèvement sur 2 ans : dégager les pierres et la terre sur 50 cm autour du nébari et des 1ere racines ,  créer une cuvette avec substrat léger et une certaine rétention pour favoriser le départ de nouvelles racines de proximité ( voir gratter un peu les racines et appliquer un peu d'hormones de bouturage en gel ) une marcotte sous terre quoi , puis couper les traçantes l'année d'après (voir 2 ans) si des racines se sont formées en assez grand nombre 

 

- ou bien oublier ce prélèvement car trop risqué pour l'arbre .

 

Voilà j'espère avoir été assez clair dans mes propos et attend vos avis et expériences 

 

la photo de la serre vient de Ebay.fr

si tu peux marcotter

Yes marcottage. Sortir les racines traçante risque d'être horrible pour ton dos et super long.

Cet éboulement est peut-être une chance car dégageant la base de l'arbre et une partie du racinaire.

 

Une solution mais qui risque de prendre du temps (1 à 2 ans) c'est d'apporter un ensemble mousse+engrais organique à la base de l'arbre pour qu'il développe des radicelles à la base du tronc, ce qui te donnera plus de chance pour le prélèvement, quitte à couper le racinaire restant généralement profond lors du prélèvement. Si tu ne trouve pas de mousse à proximité de la sphaigne du Chili est aussi une bonne soluce, combinée à de l'engrais (fumier de cheval décomposé, Or brun, etc...). A mon avis plus simple qu'un marcottage

 

Peut-être dégager des pierres qui sont en appui sur l'arbre et creuser un peu pour reconnaître un peu mieux le racinaire et sa profondeur puis bourrer de mousse

Bon et bien je vois que tout le monde est d'accord pour prélever en 2 temps ou plus suivant l'évolution , je vais donc opter pour cette solution plus sûre .

 

Lui trouvez-vous le même potentiel que moi ou je m'emballe trop ? sachant qu'il bourgeonne en arrière naturellement (voir schéma) ce qui permettrait de réduire peut être un peu la hauteur qui doit être aux alentours des 90/100 cm . 

Si vous êtes d'accord avec moi pour une réduction quand me conseillez vous de l'effectuer ? en même temps que la préparation de la "pseudo-marcotte" ou plus tard au prélèvement quand la reprise sera assurée ?

Cet éboulement est peut-être une chance car dégageant la base de l'arbre et une partie du racinaire.

 

Une solution mais qui risque de prendre du temps (1 à 2 ans) c'est d'apporter un ensemble mousse+engrais organique à la base de l'arbre pour qu'il développe des radicelles à la base du tronc, ce qui te donnera plus de chance pour le prélèvement, quitte à couper le racinaire restant généralement profond lors du prélèvement. Si tu ne trouve pas de mousse à proximité de la sphaigne du Chili est aussi une bonne soluce, combinée à de l'engrais (fumier de cheval décomposé, Or brun, etc...). A mon avis plus simple qu'un marcottage

 

Peut-être dégager des pierres qui sont en appui sur l'arbre et creuser un peu pour reconnaître un peu mieux le racinaire et sa profondeur puis bourrer de mousse

 

c'est exactement comme ça que je voyais la chose , mais toi tu penses que ce n'est pas forcément utile de gratter l'écorce et d'appliquer un peu d'hormones en gel ?

salut... il ne faut jms tailler la cime pr un prélèvement

les branches latérales si tu veux ... mas pas le sommet

sinon l arbre ne repartira pas c'est une question auxine

A mon avis gratter l'écorce ne va pas apporter grand chose et c'est le risque de favoriser une entrée de bactéries pathogènes. En revanche apporter de la mousse trouvée sur place ou de la sphaigne du Chili, en maintenant un bonne humidité au pied du tronc, là où il y'a déjà des radicelles peut favoriser l'émission de nouvelles.

Je me souviens avoir apporter de la mousse trouvée sur place au pied d'un chêne en vue de son prélèvement l'année d'après, avec du crottin de cheval également trouvé sur place comme engrais

 

+1 avec yohm taille des branches une fois que le prélèvement a été fait et la reprise est assurée, sauf celles visiblement inutiles ou faiblardes qui peuvent être taillées avant

salut... il ne faut jms tailler la cime pr un prélèvement

les branches latérales si tu veux ... mas pas le sommet

sinon l arbre ne repartira pas c'est une question auxine

 

d'accord je ne savais pas mais c'est propre aux conifères uniquement ?

Avez vous pensez aux greffes de racines , c'est une solution malgré quelques contraintes qui s'avère très intéressante pour la survie de l arbre

Avez vous pensez aux greffes de racines , c'est une solution malgré quelques contraintes qui s'avère très intéressante pour la survie de l arbre

non j'avoue ne pas y avoir songé car je n'ai aucune expérience dans ce domaine et je ne suis pas sûr de vouloir me tester sur celui là , mais je suis sûr que cela pourrait être une option pour quelqu'un qui maîtrise un peu  

je vais tenter le coup avec la manière douce comme me le conseil Gwinru , en dégageant le nébari et les racines proches et en comblant avec de la mousse ou sphaigne pour conserver une bonne humidité .