Orme du Japon du commerce

Parce que j’ai la quasi certitude que le nebari est à refaire, vu qu’en grattant j’ai constaté qu’il n’y a pas de racines partant du collet du côté gauche, entre autres défauts (pas mal de racines affleurantes semblent avoir souffert, par exemple).

Dans un petit air-pot j’espère pouvoir développer un max de radicelles à partir du collet et améliorer sensiblement les choses en 2 ou 3 ans sachant qu’on peut très facilement couper l’air-pot pour en faire un contenant plat.

A ce sujet comment se fait-il qu’on ne voit quasiment jamais de petits ormes japonais avec un nebari digne de ce nom (le plus souvent il n’y a pour ainsi dire pas de transition entre le tronc et la surface du substrat) ? Est-ce une caractéristique de l’espèce ?

Et enfin en ce qui concerne les boursoufflures, est-il possible de corriger le problème quand elles sont installées, comme ci-dessous sur de jeunes plants particulièrement laids de chez Bonsaischule Enger ?

299091

1046-05-Txo_1532862702844.jpg

Bonsoir,

 

"A ce sujet comment se fait-il qu'on ne voit quasiment jamais de petits ormes japonais avec un nebari digne de ce nom (le plus souvent il n'y a pour ainsi dire pas de transition entre le tronc et la surface du substrat) ? Est-ce une caractéristique de l'espèce ?"

 

A mon avis c'est seulement que les pros du net ne prennent pas le temps de travailler le nebari de ces petits ormes du Japon (sans doute produits en grande quantité), car ce qu'on voit sur une photo et qui donne envie d'acheter, c'est la ramure et non les racines !

Ce n'est pas une caractéristique de l'espèce comme le montre ce mame en devenir qui a démarré par une bouture il y a 6 ou 7 ans et pour lequel j'ai pris soin de ne laisser que les racines au même niveau.

299116

mame Uj.jpg

Évidemment c'est un bonsaï sur roche mais avant d'avoir rejoint son rocher il a d'abord été cultivé en pot avec un véritable nebari.

bonjour,

 

Pourquoi on voit pas de beaux nebari (tu veux dire gros nebari?) ?

 

J'avoue que j'ai jamais posé la question, j'ai jamais été attiré par ces petits ormes. Je pense (ca vaut ce que ca vaut) qu'ils proviennent de grosse bouture de gros bout de haie ou de marcotte de pieds mère ou de bouquet de boutures bien serrées ensemble,  en tout cas c'est l'impression qu'ils me donnent. Du coup pt être qu'ils sont simplement jeunes racinairement parlant.

Je pense qu'ils sont exportés petits (par certain producteurs je veux pas faire de généralités) tout simplement parce que c'est leur rôle, de servir d'arbre d'accent à un beau pot et pour faire paraitre plus impressionnant les autres petits arbres de la composition.

 

Ils font énormément de racines tu pourras travailler le nebari normalement, par des tailles soignées et repetées.

 

Ton arbre  à l'air de bien meilleur qualité que ceux que tu montres, par contre c'est exactement ce qui risque de lui arrivé si tu le "mets en culture" sans maitriser, ce serait dommage...

pour les nébaris c'est comme le reste les gouts et les couleurs.Je partage un peu l'avis d'aristide.La structure de l'arbre semble sympa et à développer une structure peut vite se perdre.Sinon planter profond, garder la surface humide.@+

 

ps : pour l'instant j'arrive à ça mais c'est encore grossier.Il devrait s'affiner avec la ramification de l'arbre et un changement de substrat.

C'est pas Tony qui en vendait avec un nebari bien travaillé ?

Merci pour vos réponse et vos conseils

Donc je vais m’attacher à développer un beau nebari en premier lieu et je me contenterai dans le même temps de conserver la forme de l’arbre. Ca va en faire des boutures, vu la vitesse à laquelle ça pousse dans tous les sens :wink:

Il y a une semaine j’ai mis de la sphaigne hachée en surface pour favoriser le développement des racines affleurantes qui sont nombreuses et les protéger. En attendant le rempotage de printemps et en espérant que le bloc d’akadama compacté qui tient lieu de substrat ne me conduira pas à faire une erreur d’arrosage fatale entre temps.

J’ai éclairci un peu les deux premiers tiers de l’arbre, et je vais m’attaquer au chantier de la cime.

Le collet est recouvert par la sphaigne.

299134

P1010161_1532904750420.jpg

Et je me demande si je ne devrais pas faire ceci :

299135

P1010161_1532904750420_1532905479947.jpg

ou plus logiquement cela, en supprimant la branche qui part à l’intérieur de la courbe du tronc:

299136

P1010161_1532904750420_1532905775584.jpg

Bonjour,

il me semble que tu as fait une excellente acquisition!!

Peut etre attendre d y voir bien clair pour bien analyser la cime? essayes de lui garder son volume en remplacant ce qui est gros par du fin.

Pour les branches basses je ne les enleverrais pas pour l instant.

J espere que t as des bons ciseaux, et ine pince relatiqvement fine. c est dans ce genre de situation que les outils bien adaptés aident!

Bonne construction pour cet orme. Même analyse qu’ Aristide.

Merci ! Je laisse les branches basses tranquilles alors.

Pour ce qui est de l’outillage je ne suis pas bien équipé, j’ai juste une pince concave et une pince à creuser de 180 mm, ce que Maillot appelle une « pincette à bourgeons de 100 mm » (en réalité des ciseaux de précision chinois à moins d’un euro) et mon arme fatale pour aller chercher les branchettes lignifiées dans un fouillis comme celui de la cime de mon orme :

299249

20180801_132438_1533122833935.jpg

299250

20180801_132403_1533123103839.jpg

2,32 dollars en Chine

https://www.fasttech.com/product/1243300-plato-170-flush-cutter-for-rebuildable-atomizers ou 16 euros chez amazon.

C’est très costaud, pas de jeu, très maniable, acheté à l’origine pour couper les fils de résistances inox pour ma cigarette électronique.

Eclaircissement de la cime en cours, 4 « grosses » branches (à l’échelle de l’arbre) supprimées, on y voit un peu plus clair, même s’il va bientôt falloir envisager une petite taille de rafraichissement, tant ça pousse de partout.

299293

20180802_191053_1533230479413.jpg

Je pense que la forme globale de la cime n’a pas été affectée.

Après rafraichissement virtuel :

299294

20180802_191053_1533230887214.jpg

si j'étais toi (mais c'est pas le cas) je couperais comme tu l'as simulé sur fond noir (dernière image) qui dégage l'intérieur de la courbe, je trouve que ça lui donne un plus joli mouvement.

Moi aussi mais je me donne le temps d’y réfléchir car comme on dit couper prend quelques secondes mais on peut le regretter pendant des années, enfin un truc dans ce genre.

Si tu prends le temps un de ces quatre de passer nous voir à la Bouilladisse pour parler un peu de bonsaï de notre région. Tu seras le bienvenu

Oui, je le ferai, c’est vraiment pas l’idéal de faire (mal) ses trucs dans son coin. Je te remercie.

bon c'est vrai qu'il fait chaud dans le sud est, mais mon voisin marseillais qui a une maison secondaire sur lauzerte refuse de venir chez nous l'été car il fait trop chaud ici :spb44:

de toute façon la branche ne gêne pas, autant la laisser pour la tailler au meilleur moment, je dirais fin d'hiver.

Voir même laisser un tire sève pour travailler un poil la conicité et absorber un peu la vigueur qui risquerait d'allonger les entre noeud de là haut.

Justement le truc c’est que ces deux branches basses ont créé l’un de ces « tubercules » dont parle Aristide, car elles sont exactement face à face (le tronc fait une courbe donc ça saute pas aux yeux). Et donc ces deux branches sont responsables d’une petite inversion de cônicité qui risque de s’aggraver si elles grossissent toutes les deux.

ça c'est un des pb de la variété des que ça prend de la vigueur hop..