fletrissement bourgeons arrières

Bonjour,

C'est un sujet que j'avais déja avancé, concernant mes doutes sur les effets d'avoir à brumiser mes pins à l'eau calcaire, mais maintenant, je vois pas mal de mes bourgeons arrières se flétrir, confirmant cette impression qu'ils commençaient à en souffrir. Comme cela concerne uniquement les arbres que j'ai dû le plus traiter de cette façon, je ne pense pas me tromper (?) quand à l'origine du problème. Si cela peut donner une indication, leurs aiguilles sont devenues extrèmement raides et piquantes...

Avez vous une idée pour remédier à cela, ou du moins pour éviter l'extension du phénomène?

Ce sont les aiguilles des bourgeons arrières qui sont raides et piquantes, ou sur tout l'arbre ? C'est un peu le contraire du flétrissement, non ?

Bonjour Hin175, merci de me répondre.

Toutes les aiguilles de l'arbre sont raides et piquantes, un vrai cactus.

Par contre, je pense qu'il a accusé le coup de chaleur, car un certain nombre d'entre elles sont aussi légèrement vrillées, mais leur couleur est normale, si on les essuie pour enlever le dépot blanchâtre de calcaire qui les recouvre.

Les vieilles sont tombées assez massivement aussi.

Ce que je veux dire par flétrissement, c'est que des bourgeons en train de s'ouvrir se sont arrêté net dans le mouvement, et la partie verte visible des futures aiguilles a viré au marron. D'autres, pas encore ouverts,semblent avoir dégonflé aussi.

Globalement, l'arbre paraît en bonne santé, mais cette saloperie de calcaire déposé sur les parties aériennes, conjuguée avec la chaleur, me donne vraiment l'impression de l'avoir bloqué quelque part.

En tout cas, les pins qui me semblaient avoir moins besoin d'être brumisés n'accusent pas le même phénomène.

Classiquement, les aiguilles vrillées sont un signe de trop d'eau... si les vieilles aiguilles tombent et que les bourgeons intérieurs sèchent, j'aurais tendance à dire (mais ce n'est pas une certitude), qu'il a peut-être eu pas assez d'eau, puis trop d'eau, ou l'inverse (peut-être même plutôt cette dernière configuration). Bref, un problème racinaire avec des racines qui ont souffert... c'est un prélèvement récent ?

Perso, je ne pense pas que le calcaire puisse jouer un rôle... mais bon, je peux me tromper ;-)

C'est un prélèvement de l'automne dernier.

A ce moment, l'arbre, situé dans une zone très aride, avait déja les aiguilles vrillées, et souffrait d'une chlorose prononcée.

J'ai pu le rattraper, même les aiguilles jaunes sont redevenues vertes.

Il m'a fait une très belle reprise, dans l'ensemble, mais à présent, ce sont les nouvelles aiguilles, mais heureusement pas de toutes les chandelles, qui vrillent un peu.

Je ne pense pas que cela soit très grave à ce niveau, c'est plutôt cette histoire de bourgeons qui m'inquiète pour la suite, car ça ressemble à un blocage quelque part.

J'ai sondé le substrat, j'y ai trouvé un nouveau chevelu dense et actif (pointes blanches très nettes).

Bon, c'est vrai aussi qu'à cette époque, le pin n'est pas sensé bouger, au niveau des aiguilles, il se peut que ces bourgeons, trop en retard de développement, aient fini par avorter?

J'ai constaté sur le net que de toutes les sources, le vrillage des aiguilles est donné comme une clé de détermination du sylvestre....!!??

Effectivement, j'assumai qu'elles étaient vrillées "plus que de raison"... c'est toi qui connait l'état "normal" de ton/tes arbres.

Et comme dit plus haut, je peux me tromper ;-)

 

Si elles ne sont pas plus vrillées que d'habitude, alors il n'y a peut-être qu'un manque d'eau, surtout sur un arbre en reprise (le développement de nouvelles racines pompe beaucoup d'eau...). Mais n'étant pas tout près, et ne connaissant pas ton climat, je n'ai aucune idée de l'ampleur de la canicule et de ses effets possibles sur les arbres.

C'est un sujet un peu alambiqué, cette question de vrillage d'aiguilles: quels sont les sylvestres normaux? J'en ai avec les aiguilles vrillées, et d'autres pas.. J'en ai avec les aiguilles fines et d'autres épaisses. Il y a peut-être une question de génétique là dedans. En fait, le pin qui me préoccupe a des aiguilles courtes, c'est pour cela, peut-être, qu'elles paraissent plus vrillées que la normale, vu que la torsion se fait sur une petite longueur. Je vais essayer de prendre des photos lisibles, ça sera plus probant pour recevoir ton avis et d'autres.

A part ça, j'ai le climat du sud de l'aveyron, océanique très pluvieux, mais ça a cogné franchement dur, sans aucune pluie, comme partout, ces derniers temps

A part ça, j'ai le climat du sud de l'aveyron, océanique très pluvieux, mais ça a cogné franchement dur, sans aucune pluie, comme partout, ces derniers temps

 

Je ne connais pas en détail le climat du sud de l'Aveyron, et pour la canicule, ne l'ayant pas subie, je n'ai pas pu en mesurer les conséquences sur mes arbres, donc je me garderais ben d'extrapoler...

Voilà des photos, nettement plus parlantes que mon baratin.

Sur la première, on voit le vrillage des aiguilles sur une chandelle de ce printemps (elles sont courtes: l'arbre est en reprise, et d'une ramification d'origine extrêmement fournie), et aussi la dose de calcaire que la brumisation obligée de ces derniers temps a laissé dessus.

Quand je la gratte avec les doigts, la couleur de l'aiguille me paraît normale.

Sur la deuxième, on voit des bourgeons qui semblent stoppés dans leur développement, c'est celui du premier plan qui est de ceux qui m'inquiètent, il devait s'ouvrir, et puis a viré au marron et semble sec,maintenant. Les autres ne se sont pas beaucoup développé non plus, mais plus du genre normal à une situation de reprise.

On voit aussi cette P... de croute que l'eau m'a laissé sur les branches. On dirait que je les ai passé au liquide à jin!

En attendant, je ne sais pas comment m'en débarrasser.

Quand à mon climat, c'est du moyenne montagne plutôt tempéré, on a quand même des hivers plus marqués que dans le midi, avec de vraies périodes de gel, mais rarement très froides.

Bon, en examinant cet arbre, ce soir, j'ai observé qu'il me faisait une nouvelle salve de bourgeons. Il y en a même trois qui sortent sur un petit rameau intérieur sans aucunes aiguilles, que j'aurais juré complètement mort... C'est à ne plus rien y comprendre, quand il est notoire qu'une ramification de pin sans aiguilles au bout est, en principe, crevata... 

Voilà une photo de mon alien, prise ce matin. Il y en a d'autres comme ça, des petits nouveaux. 

Si ça se trouve, c'est la chaleur et la sécheresse qui ont bloqué les autres.

Il pleut, un petit peu: alléluia!

Je sais plus dans quel fil quelqu’un disait que ce type de bourgeons n’éclot jamais.

Pour tes problèmes de bourgeons il paraît plus probable que ce soit un problème de reprise que de dépôt calcaire (dont je ne vois pas quel pourrait être le mécanisme et que je n’ai jamais vu évoqué dans les discussions).

Le fameux cas de l’arbre qui débourre sur ses réserves et claque plus tard malgré les soins apportés. J’ai eu le cas sur un hêtre c’est très frustrant. Ton pin à peut être juste un coup de mou.

Possible, en tout cas, c'est la première fois que je vois ça. Je vais attendre la suite, mais on dirait qu'avec la baisse de température, les arbres se réveillent, comme si il y avait eu un arrêt sur image.

De toute façon, c'est un sacré bordel: on est pas encore en août, et les hirondelles sont déja parties!

Merci Errol pour tes observations.

Je pense aussi que l'arbre a eu un coup de mou, comme tu dis, il a fait tellement chaud!.

Il est très fourni, naturellement, et je garde toujours un max de vert pour assurer la réserve de la reprise, mais en même temps, les bourgeons dormants qui vont avec sortent, pas forcément au bon moment. Mais j'ai vu que le racinaire était bien actif, c'est l'essentiel. Sinon, je m'inquiéterais.

De plus, je viens juste de le regarder sous toutes les coutures: il me refait des bourgeons arrières un peu partout, d'un seul coup. Le suspence est de savoir ce qui en restera au printemps prochain.

Il y a aussi une question de provenance: chaque arbre réagit déja à sa manière, et en plus, souvent, selon son origine.

Dans le cas de celui-ci, j'en ai un autre, prélevé au même endroit, dont je ne donnais pas cher, vu que j'ai eu un accident sur le racinaire au prélèvement... Et bien, il est reparti comme en 14. Donc, pas de panique, cela doit être une souche particulière, avec des réactions spécifiques.

La période de prélèvement me semble beaucoup compter aussi: pour les pins, je préfère septembre, car au printemps, si l'arbre a du retard à l'allumage, le développement des bourgeons faibles peut télescoper de fortes chaleurs, comme celles de cette année.

Question calcaire: celui que j'ai montré en photo était jaune paille quand je l'ai prélevé! Et si tu regardes bien la photo des aiguilles, on voit encore les nervures, il lui reste un chouia de chlorose, alors, je me méfie...

Tu me parles d'avoir eu un problème avec un hêtre: j'en ai eu aussi qui reprenaient comme des chefs, et puis périclitaient sans explications au bout de 3, 4 ans, un drame!