Comment l'électroconductivité (EC) peut-elle transformer votre culture?

Bonjour à tous,

Aujourd’hui d’apprendre ou réapprendre simplement, pas à pas, comment optimiser, contrôler et maîtriser la fertilisation de vos bonsaïs au travers de ce guide complet.

:test_tube:La fertilisation en bonsai : Comment l’Electro-Conductivité (EC) peut-elle transformer votre culture ?

J’espère que cet article vous aidera à comprendre l’enjeu de cette notion. J’ai tâché de vulgariser le propos afin qu’il soit accessible à tous.
Normalement après cette lecture, vous ne fertiliserez plus à la louche et vous maximiserez le potentiel de vos engrais tout en minimisant les risques.

Si jamais il vous reste des questions, je me ferai un plaisir de vous répondre ici.

Bonne lecture ! :smiley:

2 « J'aime »

Ce n’est pas utile en fertilisation organique.Ce sujet a déjà fait l’objet de nombreux posts et discussion sur le forum ou dans des articles dans les revues spécialisés.y a pleins de facteurs à considérer pour la culture , pas uniquement la ferti, l’ec.Il faut déjà savoir quels sont les objectifs que l’on souhaite atteindre et comment on peut les atteindre.bel article.

Sur fertiliser n’est pas forcément utile non plus, y a un facteur important dans cet art le temps.Laisser les choses se faire à leur rythme c’est bien aussi , forcer les choses ce n’est pas forcément bien ni idéal à différent niveaux ni dans l’esprit d’ailleurs car c’est un voie, un chemin.

Quelle est ou quelles sont les sources des informations svp notamment pour les tableaux ?

Je plussoie.
En dehors de ces tableaux, qui, parce qu’ils ne mentionnent pas l’objectif de culture, n’ont pas d’intérêt pratique, l’article est complètement creux et semble écrit avec le même type d’artifice que les articles « click bait » que l’on trouve un peu partout.
Il n’est pas très différent de ce que lechat.ai peut produire.

L’EC, ou conductivité électrique, est une mesure de la capacité d’un milieu (comme le sol ou une solution nutritive) à conduire le courant électrique. Dans le contexte de la culture des bonsaïs, l’EC est utilisée pour évaluer la concentration en sels minéraux (nutriments) dans le substrat ou dans l’eau d’arrosage. L’intérêt de l’EC pour la culture des bonsaïs réside dans plusieurs aspects :

Optimisation de la fertilisation : L'EC permet de déterminer la quantité de nutriments présents dans le substrat et d'ajuster la fertilisation en conséquence. Un niveau d'EC trop élevé peut indiquer un excès de nutriments, tandis qu'un niveau trop faible peut suggérer une carence. En surveillant et en ajustant l'EC, il est possible d'optimiser la fertilisation et d'assurer une croissance saine et équilibrée des bonsaïs.
Prévention des problèmes liés à la surfertilisation et à la sous-fertilisation : La surfertilisation peut entraîner une accumulation de sels dans le substrat, ce qui peut nuire à la santé des racines et des plantes. À l'inverse, une sous-fertilisation peut priver les bonsaïs des nutriments essentiels à leur croissance. En contrôlant l'EC, il est possible de prévenir ces problèmes et de maintenir un équilibre nutritif adapté aux besoins des bonsaïs.
Adaptation des apports en nutriments en fonction des besoins des espèces : Les différentes espèces de bonsaïs ont des besoins nutritifs spécifiques, qui peuvent varier en fonction de leur stade de développement, de la saison et d'autres facteurs. En surveillant l'EC, il est possible d'adapter les apports en nutriments aux besoins précis de chaque espèce et d'assurer une croissance optimale.
Suivi de la qualité de l'eau d'arrosage : L'EC permet également de vérifier la qualité de l'eau utilisée pour l'arrosage des bonsaïs. Une eau avec une EC trop élevée peut contenir des niveaux excessifs de sels minéraux, tandis qu'une eau avec une EC trop faible peut manquer de nutriments essentiels. En contrôlant l'EC de l'eau d'arrosage, il est possible de s'assurer qu'elle convient aux besoins des bonsaïs.
Amélioration de la gestion de l'arrosage : L'EC peut fournir des informations sur la rétention d'eau et la disponibilité des nutriments dans le substrat, ce qui peut aider à ajuster les pratiques d'arrosage. Un substrat avec une EC élevée peut retenir plus d'eau et de nutriments, tandis qu'un substrat avec une EC faible peut nécessiter des arrosages plus fréquents.

En résumé, l’intérêt de l’EC pour la culture des bonsaïs réside dans sa capacité à fournir des informations précieuses sur la concentration en nutriments du substrat et de l’eau d’arrosage, permettant ainsi d’optimiser la fertilisation, de prévenir les problèmes liés à la surfertilisation et à la sous-fertilisation, et d’adapter les apports en nutriments aux besoins spécifiques des espèces.

Je comprends que tu aies envie de faire de la pub pour ton appli tout en faisant croire que tu n’en fais pas mais ce genre d’article creux (et j’utilise un terme sympa) donne pas très envie. Je pense que tu ferais mieux de partager tes expériences de culture sur le forum.

Enfin, ayant écrit, il y a une vingtaine d’années, un logiciel de gestion de collection (QT5 ou 6, c++, SQL…) sous licence GNU, je suis assez bien placé pour pouvoir affirmer qu’il n’y a pas de marché rentable sur ce créneau.

Tu as fait gros travail, tu es passé par l’écrit, c’est très bien, c’est très rare de nos jours.ce que tu as fait est remarquable,demande une forte implication.

pour infos je retiens quasiment rien de ce que je lis sur écran, de ce que je vois en vidéo par contre avec le papier c’est une autre histoire.

Avec l’ec, on retombe par analogie dans le débat agri conv/agri bio par ex , y a de gros pb éthique.C’est pareil après oui c’est une affaire de choix mais il faut savoir ce qu’un choix implique car un choix engage, c’est une décision, on est responsable de ces choix et on doit les assumer .

Les inductions induisent des conséquences.

par ex on a mis en place y a des décennies un certains model agricole, de société.On en voit aujourdh’ui les conséquences à pleins de niveau.

Par ex on a fait certains choix dans le passé , le taux de cancer dans une catégorie de la population explose depuis, c’est l’une des conséquences des choix faits.

On dit svt oui mais y a une notion a considérer la notion bénéfices/risques soit le jeu en vaut il la chandelle.On peut toujours faire autrement.

Les engrais de synthèse sont réalisés par le biais de la chimie , ce sont des réactions très gourmandes en énergie qui ont une incidence sur le rc,pas que lui d’ailleurs, rc qui lui a un incidence sur les arbres, la nature que cet art est sensé sublimer, respecter, évoquer.évoquer un truc en le dénaturant ça peut poser pb, et en le dénaturant lui on se dénature aussi soi pa voie de conséquences car y a induction.

Quelque part c’est une manipulation du vivant, que dirait -on si on faisait pareil avec nous ? si c’est valable pour l’un des membres de l’ensemble nature, c’est valable pour tous.Si cette idée, se met en place…

en fait allez vite …c’est en allant lentement qu’on va vite et bien, qu’on va juste.c’est ça qui est important dans cet art.c’est l’école de la justesse, de la voie du milieu, de l’équilibre, c’est pour ça qu’il a esthétique, harmonie,tout est lié.

Quand on taille, quand on met en forme, on collabore avec la nature, on cherche à créer une représentation symbolique, ce n’est pas une manipulation, ce sont des gestes qui comme pour la peinture, le dessin…

ça vient aussi renforcé, la notion d’avoir, ça considère l’arbre comme un objet matériel or c’est l’être qu’il faut développer, passer au concept…, à l’objet méta physique, cet art est une philosophie, c’est de la philosophie appliquée au vivant.Tout doit être en harmonie, l’arbre, l’homme font partie d’un tout et ne sont qu’un.

ça renforce aussi l’individualisme, le libéralisme

l’idée de la justesse est aussi importante dans cet art, il faut être juste cad dire qu’il que tout soit en équilibre.c’est un art qui sert à mettre en avant la nature car on l’aime, on est à son service, on la respecte.

Dans cet art une des choses les plus importante qui est rarement évoqué c’est l’état d’esprit, l’état d’esprit est fondamental car c’est lui qui conditionne le tout.Il faut y être vigilant.

Mon sensei qd il m’a montré ces arbres, il les projetait sur 400/500 ans, le temps pou eux, le fait que l’arbre soit fini n’a pas d’importance.Cet art a aussi une dimension éthique, l’éthique c’est important.

ps : dsl pour le côté chiant gratte poil…j’indique juste ça pour donner à réfléchir ça n’a rien de perso.

citer ces sources, c’est important pour tes tas de raisons.

j’ai essayé de m’interesser à la mesure de l’EC, le problème c’est la fiabilité des conductimetres… comme les PHmetres, ils tombent en panne ou affichent des valeurs surréalistes et tu es alors obligé d’en racheter.
Pour moi, ce qui est le plus important comme mesure, c’est la « qualité » de l’eau d’arrosage (PH, dureté). Une fois que tu sais de quelle nature est ton eau du robinet, tu peux corriger eventuellement (ajout d’acides pour baisser le PH d’eaux très basiques genre sup à 8).
Quequ’un qui utilise de l’eau de pluie (PH = 6,5) n’a même pas besoin de toutes ces mesures, mais pour l’eau du robinet, ça me semble très interessant de trouver le PH et la dureté.

Le mesure de l’EC j’ai essayé, j’ai laissé tomber (conductimetre en panne). je suppose que c’est un parametre important pour des pros de la culture qui arrosent au goutte à goutte avec une eau enrichie en engrais chimique ?

oui car le ph fait varier l’absorption.6.5 est un optimun, là il y aurait un large scope par rapport aux nutriments

Le ph varie dans le temps notamment avec les engrais.il vit sa vie.

En fait il est bon d’avoir des connaissances en agronomie et pas que

une question aussi pourquoi faire, refaire ce qui existe déjà ?

On peut aussi ne pas suivre cette valeur.

La culture c’est un ensemble de paramètres.

Effectivement si le matériel fait défaut, il n’y a pas vraiment de solution qui puisse remplacer l’expérience et les calculs :thinking:
Pourtant il existe des appareils fiables et accessibles à moins de 20€ (pHmètre + ECmètre). Vous semblez jouer de malchance ! :sleepy:

qui sont pas forcément simple à étalonner, parfois les bon vieux trucs d’aquariophilie …

il faut aussi raisonner en terme de ressources, d’énergie, avoir une vision globale et systémique

et pour ce qui est de la source des données indiquées svp ?

rq : je ne sais plus , si la règle qui indiquait que les données devaient être sourcées et toujours d’actualité sur pb, il me semble mais je n’en suis plus sur.

sur la technicité Jacques Ellul est intéressant à lire.

ça dépend aussi de la façon dont l’eau de pluie est gérée pour le ph, il peut varier selon le stockage.

le mien est largement > à 6.5 ce qui me gêne pas, après je pousse pas la culture car ce n’est pas utile.Mes arbres vont bien et j’arrive aux résultats que je souhaite.

une notion la robustesse, je préfère des solutions robustes.

Le bon choix technique en fonction de plusieurs critères.

On est à l’époque de la performance, elle est recherchée en tout et partout…l’induction de la compétition, du gain, de l’avoir …

il faut être performant c’est quoi un arbre, un être performant , est ce juste, équilibré, esthétique ?

sans oublier la domination

on parle bien trop de technique depuis des années tous les aspects artistiques ont été glissé sous le tapis, hors l’art permet l’émancipation, l’individualisation, c’est l’une de ces finalités .ça c’est important .on évoque trop ce qui n’est pas signifiant comme partout et en tout.

l’importance de l’état d’esprit, regardez la place qu’à pris la performance, la compétition, la vitesse en générale dans vos vies.

On a oublié le temps, le fait de prendre son temps hors…la vie est dans l’instant .dans le fait de prendre son temps notamment pour être au lieu de vouloir avoir.

Ces appareils sont très simples à contrôler et calibrer.

Sinon ca m’intéresse de connaître les méthodes d’aquariophiles car à ma connaissance hormis le pH-mètre, le bandes pH difficiles à conserver ont mesure approximative, les indicateurs chimiques qui sont effectivement chimiques et ont des dates de péremption et une mesure approximative, les tests colorimétriques également.

C’est de la science, des faits établis. Personne ne vous demandera vos sources quand vous affirmerez que le rhododendron est de la famille des ericaceae ou que 2+2=4

Au contraire, la science c’est citer ses sources. Je me rappelle des cours en prépa pour démontrer que 2 + 2 = 4 notamment par l’axiome de Peano, la relation d’ordre, le successeur. Étrange comme raisonnement !

Source: https://www.imo.universite-paris-saclay.fr/~daniel.perrin/CAPES/arithmetique/EntiersCAPES.pdf

Non il peut y avoir des erreurs de calibration.pour l’avoir fais plusieurs fois, vécu ,ça a été dit également pas par plus d’un.

On a juste besoin d’une indication ni plus ni moins.Un flacon testeur coute pas grand chose dure un bon moment.Avec ceux ci y a pas toute ces étapes à faire à faire , de pile à acheter, à jeter, de nouvelles solutions de calibrations à racheter…

En terme de précision , le ph hormis la décimale…

On ne peut pas indiquer les valeurs d’ec pour des arbres sans indiqués d’où viennent ces valeurs, on doit pouvoir s’assurer de leur fiabilité,viabilité, traçabilité etc…connaitre la méthode qui a conduit à celles ci , les conditions etc…comment elles ont été établies expérimentalement selon quel protocole .et écrites par quelqu’un au départ à l’origine.

ça n’a rien à voir avec 1+1=2 c’est différent.Effectivement la démonstration existe chacun peut la refaire s’il le souhaite.

épistémologie, déontologie, droit d’auteur…

Après être dans le jugement, l’avis, l’opinion, l’affirmation c’est un choix que pleins d’individus ont fait

Ce n’est pas indispensable pour l’art dont on parle.

j’en ai ahceté plusieurs, car tombé en panne, acheté des nouvelles piles, acheté le produit de conservation pour le PHmetre… quelle galère, quel manque de fiabilité (eccart de PH de 0.5 entre 2 PHmetre differents).
Pour le PH, je recommande plutot les bandelettes et les produits liquides qui colorent l’eau (ça c’est fiable et ça ne tombe pas en panne).
Pour ma mesure de l’EC, je trouve que c’est plutot un gadget dans la pratique du Bonsai sauf pour ceux qui arrosent au goutte à goutte. ça m’etonnerait que des grands bonsaika comme Ryan Neil ou Romero utilisent des ECmetres. :thinking:

imagine ça avec leurs nombres d’arbres différents

Ryan c’est tout de suite démarqué car il a été créatif, imaginatif, il a fait la différence d’entrée de jeu…il a fait .Kimura en son temps …y a toujours un chemin, une voie, un individualité, un exemple.

ce qu’il lui a été appris,transmis, les inductions subies ont aussi eu des conséquences sur sa trajectoire, sur ce qu’il est devenu t ce qu’il deviendra, l’être est jamais fini, ce n’est pas une quantité finie.Il fait partie des gens qui ont ça en eux, il est …

ce qu’il fait aussi ce qu’il est c’est le travail, il a une force de travail impotante , il suffit de considérer son évolution, il s’est donné les moyens, il s’est impliqué, investit, il a bossé, il a fait, il a marché, c’est un marcheur.

y a des geeks et des nons geeks

le bonsai c’est faire du dessin, de la peinture avec un végétal, faire une représentation symbolique.Ce n’est pas jouer à l’apprenti chimiste, après c’est aussi choix…C’est un art d’Où le fait qu’il soit universel, un sorte de langue commune à tous et toutes, c’est une expression esthétique, un geste artistique offert au regard de l’autre pour faire naitre en lui une émotion, la joie, la vie en soulignant à quel point la nature, notre nature est belle esthétique quand …

Le beau c’est la justesse

La finalité n’est même pas l’arbre mais le chemin d’où le terme voie c’est l’une des voies, ce n’est pas la voie.C’est aussi une philosophie appliquée qui peut être transposée à autre chose comme le démontre certaines autres activités artistiques.

ce qui fait un bonsai c’est le chemin qu’il a parcouru pour nous c’est pareil c’est la vie soit le chemin vécu qui fait l’individu, pas un pas à un instant « t ». C’est le tout.

C’est un art qui permet l’émancipation, l’individualisation , le fait d’être de plus en plus …on est de plus plus libre quand on est pas quand on a à cause des inductions de l’être et de l’avoir de leur état d’esprit.L’état d’esprit est déterminant, fondamental,la marche, la joie , l’espoir aussi etc…

un des soucis de la technique c’est qu’elle induit une dépendance à celle-ci et elle peut limiter la perception.

Il faut considérer l’absolu, non le relatif, l’important…On fait globalement le contraire on se focalise sur le relatif, l’insignifiant, le détail.le boulon de 8.L’importance du repère, de la norme, de la dimension, de comment on perçoit les choses, la perception limite un individu.

C’est un art qui fait grandir et je ne suis pas le seul à le penser, on est à l’image de l’arbre de la nature, on fait parti d’un tout , tout étant lié par ailleurs.On peut être beau ou moche l’a aussi c’est une question de choix, la vie est faite de choix est par les choix, c’est une somme de choix comme un bonsai est une somme de décision prises ou non prises.

TF disait qu’il était tout aussi important de savoir ce qu’il fallait faire ou non cad que pour choisir il faut tout savoir tout avoir considéré,tout pris en compte avec tout ce qu le choix induit, c’est l’art de la décision, de faire des choix.Et il n’y a pas d’arbre moche tout dépend de la façon dont on le considère soit de l’observateur et du repère dans lequel il se situe.

Le développement de mes groupes ne m’a rien couté hormis du temps que j’ai offert à autrui.ça m’a aussi fait grandir, avancer, il faut faire, expérimenter, essayer, imaginer, l’imagination comme disait Albert.Par choix et par rapports aux finalités visées, j’ai choisi c qui était suffisant le plus simple, ce qui demandez le moins de dépenses énergétique,j’ai optimisé mon action, j’ai fait au plus simple . On peut faire un bonsai avec rien , à partir de rien et pour rien si on le souhaite, idem pour un individu.l’intelligence c’est avoir le bon comportement dans un contexte donné,les animaux, les plantes sont svt bien plus intelligents que nous, ils ne dégradent pas leur milieu ni leur être eux contrairement à nous , il est important de les aimer, de les respecter, d’en prendre soin.

avec une simple graine mise en terre par ex, idem pour un idée.

L’exploitation de l’homme par l’homme ou de la nature ça n’a rien de nouveau.

J’ai un certains âge,certaines formations ou déformations, j’ai commencé à travailler dans un be qui faisait parti du pôle spatial français à l’époque où était conçu l’a380, l’iss, le moteur hdi entre autre .J’ai participé par la suite à bcp de grands projets.J’ai un poil de recul, de vécu sur certains aspects.Je suis tombé, je me suis relevé, j’ai fait des erreurs, etc comme bcp, je suis comme tout le monde j’ai mes qualités mes défauts. J’ai une certaine responsabilité, culpabilité aussi, y a pas d’excuses,j’ai ma part , tout n’est pas la faute d’autrui, à l’époque je ne savais pas, j’avais pas l’état de conscience, d’éveil que j’ai aujourdh’ui, j’étais focalisé sur autre chose et je n’avais pas la perception que j’ai à ce jour .On est responsable de ces choix, de ces actes ou de ces gestes , ils forment une image, un bonsai est l’image des choix faits par son auteur, il est à l’image de son auteur car c’est une projection de l’égo, du soi.

Mrs 0 et 1 sont pas apparus comme ça, ils ont été construit c’est ce qu l’algèbre nous apprend . Il faut imaginer , se mettre à la place de celui, celles, ceux qui ont eu cette idée s’ils savaient…

Les poissons finissent par se méfier des appâts, à un moment …

On joue pas de l’ad hominen par hasard non plus.

ce qui transforme la culture c’est le fait de penser, la pensée permet d’exploiter la matière brute qu’est la connaissance notamment grâce à l’éducation, au travail,à la réflexion, aux raisonnements, à l’effort, la persévérance, la marche.Si l’auteur avance, l’arbre avancera aussi car la pensée et le geste sont liés, c’est une forme de roue.

un couteau à greffer ne sert à rien, si on sait pas où on va, ce qu’on doit obtenir, comment il faut faire, comment on va construire l’arbre, etc.l’outil n’est qu’un moyen, c’est pas l’essentiel, l’essentiel est ailleurs.Dans notre pratique les outils sont au service de …comme en art, tout comme nous nous sommes au service de la nature puisque c’est à elle qu’on veut rendre hommage en la sublimant et en l’exposant.Le truc c’est de choisir le bon niveau d’outil, ce qui est optimal, le juste et nécessaire pour remplir la fonction.y a bien des choses dont on n’a pas besoin pour être , on peut même être plus en ayant moins car on se libère de la prison de l’avoir, de cette addiction, cette drogue là .On peut aussi choisir ces addictions.

Le monde, la nature est belle par nature, il est inutile de la manipuler.Manipuler quelqu’un quelque chose ça ne fait pas grandir.c’est une induction négative.

L’importance de l’éthique , de la maïeutique, des valeurs, Spinoza, Socrate,… les avaient déjà mentionnés portée notre attention sur les aspects fondamentaux que celles-ci pouvaient avoir pour nous notre développement et notre évolution.

on évoque jamais le ressenti, or le ressenti est qqchose de fondamental.

Comme disait Y d’abord la culture au sens propre comme au sens figuré.

Je ferme le sujet il commence à dériver.

Merci de votre compréhension