Aller au contenu


Photo
- - - - -

La culture du sol - biotope et biocénose


  • Veuillez vous connecter pour répondre
49 réponses à ce sujet

#1 Harwy Little Wee

Harwy Little Wee
  • Membres
  • 67 messages
  • Sexe :Homme
  • Zone USDA :8a
  • Pays :France
  • Département :45

Posté 12 janvier 2018 - 20:17

Bonjour - Bonsoir à toutes et à tous,

 

Tout d'abord, bonne année ! Que vos arbres se portent à merveille et que la pousse soit avec vous !

 

Je voulais ouvrir un sujet pour connaître votre approche, vos techniques, votre vision global de la chose.

 

En parcourant le forum, je suis tombé sur diverses réponses disséminées à droite et à gauche sur divers sujets évoquant le biotope du sol, notamment les fameuses mycorhizes (merci pascal37 !).

 

Je suis tombé dessus en recherchant des infos pour soutenir mon Pin Sylvestre qui devait encaisser un rempotage assez brutale mais nécessaire, infos et conseils que j'ai appliqué. Le bougre a eu droit à plein de champi avec une dose de miel, amanite tue-mouche, laccaria lacata et amethyste, pied de moutons, bolets, tout ce que je trouvais et qui peut potentiellement vivre avec un pin, en plus du plaisir de découvrir le monde des champignons, magique ! On verra ce que l'avenir dira et si ça lui sera bénéfique ou non !

 

En lisant cet après-midi un sujet sur l'engrais d'automne, je me suis converti au engrais minéral (et non chimique, merci papymandarin !). J'ai alterné avec divers engrais organiques et depuis 2 ans j'utilisai l'engrais universel solabiol et du purin de plantes (consoude ortie prêle, en foliaire et arrosage). Suite à la lecture de ce topic sur l'engrais d'automne, j'ai compris que l'organique c'est bien mais que le minéral c'est bien aussi voir mieux dans certain cas ! Et je pense utiliser une part de minérale l'année prochaine pour mieux fertiliser.

 

Cependant ! Pour revenir au sujet, je ne pense pas que les engrais minérales favorisent l'apparition d'une biocénose riche. Or, je pense que ce qui est important dans la culture en pot, mis à part les cas d'attaques et de maladies (et encore, des fois cela ce passe au niveau des racines), c'est ce qu'il ce passe dans le pot.

 

Je me dis que, si le biotope du pot est riche, comprendre une biocénose varié et large au possible, l'arbre, lui, fera son affaire tranquillement et sera préservé d'organismes délétères pour lui, ses autres compagnons bénéfiques (bactéries, mycorhize, insectes) le protègeraient et moi je préserverais ses compagnons, agir sur eux pour agir sur l'arbre.

 

Donc je pense continuer à utiliser mes purins et mon engrais à base de caca et de plumes de volatile, en y ajoutant de l'humus avec des vers, pour continuer à entretenir cette faune et flore, ces mycorhizes, ce biotope. Et garder les engrais minérales pour des moment précis. Je sais que lorsque j'hivernais mes arbres directement en terre, lors du rempotage je trouvais vers et autres insectes, donc il devait y avoir aussi des microbes et mycorhizes qui venait par la même occasion, ce qui a peut être préserver mes arbres d'erreurs de débutant solitaire.

 

Maintenant je ne peu plus les hiverner directement en terre mais j'attache une importance particulière à cette vie dans mon pot, autre que l'arbre qui l'habite, d'où le projet de garder l'engrais organique pour la vie du pot et compléter avec le minéral uniquement pour l'arbre et de manière précise.

 

Mon souhait étant de rester au plus proche des conditions de vie des arbres en forêt, je les déplace jamais inutilement lorsque l'exposition idéal est trouvé (quand je vois qqn déplacer 15 fois ses plantes en une semaine.... sérieusement, qui a déjà vue un chêne se balader sur ses petites pattes ?), et donc je cherche à me rapprocher au plus près d'un sol naturel de forêt, dans un pot.

 

Et vous ?

 

Est ce que pour vous, le biotope et la biocénose du pot, mis à part l'arbre, est important ?

 

Travaillez vous pour qu'il y en ai une de riche et varié ? Si oui, qu'elles approches, qu'elles techniques ?

 

Certe la question est un peu éloignée du bonsaï pure, mais juste un petit peu je dirai ^^


"Ne vous excusez pas, voyons. L'être de goût sait attendre que la fleur soit éclose pour en contempler toute la splendeur."

 

Enshu Atsukau


#2 Gwinru

Gwinru
  • Admins
  • 8 652 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Courbevoie
  • Zone USDA :9
  • Formation :Bonsaï Club du Point du Jour + formateurs PB
  • Pays :France
  • Département :92+14

Posté 13 janvier 2018 - 03:07

 

Je me dis que, si le biotope du pot est riche, comprendre une biocénose varié et large au possible, l'arbre, lui, fera son affaire tranquillement et sera préservé d'organismes délétères pour lui, ses autres compagnons bénéfiques (bactéries, mycorhize, insectes) le protègeraient et moi je préserverais ses compagnons, agir sur eux pour agir sur l'arbre.

 

C'est déjà une sorte de pris de conscience que ce qui se passe au niveau racinaire et substrat est fondamental. Le tout minéral: substrat+engrais minéral fonctionne bien mais sans plus, comme l'agriculture intensive, avec des rendements limités. Mais en n'utilisant que de l'engrais organique la vie apparait dans les substrats;  bactéries, lombrics, millepattes, mycorhizes, etc... colonisent les pots. Gérer un biotope c'est aussi se découvrir une passion pour un monde souterrain qui n'est que bénéfique pour nos arbres.


雲をりをり
人を休むる
月見哉
Aux admirateurs de lune 
les nuages parfois
offrent une pause
 


#3 bonsaiphil

bonsaiphil
  • Membres
  • 2 677 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Strasbourg
  • Zone USDA :7
  • Formation :autodidacte
  • Pays :france
  • Département :67

Posté 13 janvier 2018 - 10:20

L'écosystème du pot ou de la caisse de culture est assurément très important et nous y accordons tous une attention particulière.

Ton point de vue consistant à "rester au plus proche des conditions de vie des arbres en forêt" est intéressant, je l'ai partagé durant de longues années, mais aujourd'hui j'en suis revenu quelque peu.

Aujourd'hui je conserve des pratiques qui vont dans ton sens tout en étant conscient que se rapprocher des conditions de l'arbre dans son environnement naturel est vain.

J'ai conservé l'habitude d'hiverner certains de mes arbres en pleine terre : simple retrait de l'arbre de son pot au début de l'hiver, mise en terre sur une toile de jute, et remise en pot au printemps, tel quel. C'est pratique à plus d'un titre. En plus du repeuplement biologique du substrat, je peux mettre mes pots à l'abri du gel durant la mauvaise saison. Plus de souci d'arrosage hivernal.

De même , j'utilise de l'engrais organique en boulette, mais pas que...

 

On ne peut pas dissocier les caractéristiques biologiques du substrat de ses qualités physiques. Si le substrat est drainant (Akadama, Pumice, Pouzzolane tamisés) tout apport organique solide est susceptible de colmater le substrat. Il y a donc un subtil équilibre à trouver entre le maintien des bonnes caractéristiques physique du substrat et les bénéfices d'un amendement organique.

Un arbre sauvage qui pousse dans endroit confiné (cuvette de roche, trou de falaise...) n'a pas un substrat dans la même situation biologique qu'un arbre en pot. Plutôt que de copier ce qui se passe dans la nature je préfère profiter le la grande adaptabilité d'un végétal pour proposer à mes arbres une alternative : substrat drainant + amendement organique + amendement minéral + hivernage en pleine terre (éventuellement).

Tout cela pour dire que la culture du bonsaï ne se résume pas simplement à une tentative de reproduction d'un biotope "naturel" avec sa biocénose. C'est un peu plus complexe et donc encore plus excitant.



#4 papymandarin

papymandarin
  • Animateurs
  • 6 851 messages
  • Sexe :Homme
  • Zone USDA :8
  • Pays :Belgique
  • Département :bruxelles

Posté 13 janvier 2018 - 11:31

et puis chacun trouve aussi "sa solution", ton post est l'un des (nombreux) themes bonsai pour lesquels tu auras probablement autant de reponses differentes que de repondants. la meilleure solution va dependre de pleins de facteurs, le substrats que tu utilise, ton orientation/climat local, ta disponibilite pour soigner les arbres, tres possibilities d'hivernage au sec et/ou a l'abri du gel (ou pas) ect ect...

moi je suis passe en tout mineral depuis plusieurs annees et ca marche tres bien pour moi (enfin plutot pour mes arbres) et ca ne m'empeche pas de trouver des vers de terre et autre bestioles lorsque je rempote.



#5 Harwy Little Wee

Harwy Little Wee
  • Membres
  • 67 messages
  • Sexe :Homme
  • Zone USDA :8a
  • Pays :France
  • Département :45

Posté 13 janvier 2018 - 18:44

Gérer un biotope c'est aussi se découvrir une passion pour un monde souterrain qui n'est que bénéfique pour nos arbres.

 

Exactement ça, par ma part aussi en tout cas ^^

 

J'ai des prises de conscience tardive parfois, au bout de 10 ans il était temps ^^, même si je faisait tout pour, disons que c'est devenu clair, mais ne dis t'on pas qu'il faut d'abord comprendre comment cultiver les arbres avant de les former ? Peut être pas ahah ! Mais j'évolue sans "maître" à part parlonsbonsaï, donc autant de "maîtres" que d'inscrits

 

 

Plutôt que de copier ce qui se passe dans la nature je préfère profiter le la grande adaptabilité d'un végétal pour proposer à mes arbres une alternative : substrat drainant + amendement organique + amendement minéral + hivernage en pleine terre (éventuellement).

Tout cela pour dire que la culture du bonsaï ne se résume pas simplement à une tentative de reproduction d'un biotope "naturel" avec sa biocénose. C'est un peu plus complexe et donc encore plus excitant.

 

Pas copier, ni tentative de reproduction, même si le bonsaï/penjing serait dans cette veine de prime abord, c'est vraiment se rapprocher au sens ne jamais y arriver et faire différemment car de facto différent par le pot. C'était surtout dans l'idée d'une opposition avec l'hydroponie ou l'aquaponie sous lumière artificiel par exemple, une technique formidable mais à l'opposé de la vision de la culture en pot dans le bonsaï, l'ultra moderne face à l'ultra traditionnel/naturel, bien que je pense qu'il n'y a rien d'extrait au naturel. Disons, s'inspirer et effectivement profiter de la grande adaptabilité d'un végétal et du reste je dirais presque . Complexe et excitant, les mots justes !

 

Tu dis que l'on ne peut dissocier les qualités physiques et caractéristiques biologiques du substrat, pour ton cas, dès le début tu as acquis cette vision ? Ou as tu travaillé l'un, le physique je dirais, et pris en compte l'autre ensuite ?

 

L'hivernage sorti du pot sur toile de jute, jamais pensé, pourtant semble évident, je prend !

 

 

et puis chacun trouve aussi "sa solution", ton post est l'un des (nombreux) themes bonsai pour lesquels tu auras probablement autant de reponses differentes que de repondants. la meilleure solution va dependre de pleins de facteurs, le substrats que tu utilise, ton orientation/climat local, ta disponibilite pour soigner les arbres, tres possibilities d'hivernage au sec et/ou a l'abri du gel (ou pas) ect ect...

moi je suis passe en tout mineral depuis plusieurs annees et ca marche tres bien pour moi (enfin plutot pour mes arbres) et ca ne m'empeche pas de trouver des vers de terre et autre bestioles lorsque je rempote.

 

Justement, je voulais réunir des visions/approches/techniques par rapport à tel ou tel but et voir réunir les résultat, je ne suis pas le premier zozo à y penser ahah mais avoir qqch de très spécifique, un peut comme un topic sur la ligature, la taille, l'engrais etc.

 

Par exemple actuellement je travail sur mon Pin Sylvestre, pas sur les autres, en y ajoutant des champi notamment et en le mettant en contact avec la terre, en "étudiant" un peu c'qu'il s'y passe et voir comment je peux agir dessus et comprendre. Les résultats arriveront dans les années pour ma part, mais d'autre y ont déjà pensé et ont déjà travaillé dessus et ont déjà eu des résultats concrets

 

Pour l'engrais minéral, il n'empêche pas les petites bêtes d'être là, donc à défaut de la favoriser, cela ne défavorise pas, bon à savoir. Les arbres en question sont ils sur élevés ? comment expliquerai tu l'arrivé de cette faune sachant que, si j'ai bien compris, tu utilise du substrat 100% minéral ?

 

 

Merci à vous pour vos retour en tout cas !


"Ne vous excusez pas, voyons. L'être de goût sait attendre que la fleur soit éclose pour en contempler toute la splendeur."

 

Enshu Atsukau


#6 papymandarin

papymandarin
  • Animateurs
  • 6 851 messages
  • Sexe :Homme
  • Zone USDA :8
  • Pays :Belgique
  • Département :bruxelles

Posté 13 janvier 2018 - 19:37

a vrai dire je ne sais pas comment ni pourquoi les bestioes finsisent par arriver, mes pots sont sur le smuret qui borde mon jardin, si ils ne sont pas dans des pots ayant des pieds ils sont poses sur des morceaux de tasseaux pour ne pas etre en contact direct avec le sol



#7 A.N.T.O.N.I.N

A.N.T.O.N.I.N
  • Membres
  • 910 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Condom
  • Zone USDA :8
  • Formation :Autodidacte (bah ouais j'ai la science inffuse)
  • Pays :France
  • Département :Gers (32)

Posté 13 janvier 2018 - 19:48

Oui c'est aussi un mystère que j'aimerai élucider. Comment ces bestioles rampantes se hissent jusque dans des pots à plus d'un mètre de hauteur, qui n'ont jamais touché le sol, et posés sur des parpaings ? Des larves présentes dans le substrat au moment du rempotage peut-être ?


"Comme quoi il n'est qu'une clef pour accéder au savoir, et c'est le désir."

                                                                                                          

                                                                                                                 Amélie Nothomb


#8 jox

jox
  • Admins
  • 5 915 messages
  • Sexe :Homme
  • Zone USDA :0
  • Formation :PB + EB
  • Pays :france
  • Département :8

Posté 13 janvier 2018 - 20:01

Tout pareil que Papy, y'a des vers de terre ninjas qui sautent dans les pots la nuit, malgré le 100% minéral (substrat et engrais)

Et aussi des larves en tout genre.


Ca court, ça s'agite! Et après ça s'étonne de ne pas vivre vieux.


#9 papymandarin

papymandarin
  • Animateurs
  • 6 851 messages
  • Sexe :Homme
  • Zone USDA :8
  • Pays :Belgique
  • Département :bruxelles

Posté 13 janvier 2018 - 20:03

j'imagine que le vent et la pluie transportent pas mal de choses, graines, spores de bacteries, champignons mousses fougeres, oeufs ou larves de bestioles diverses voire les bestioles elles meme. Plus tout ce qui arrive colle aux pattes des oiseaux souris ou autres qui se balladent sur les pots....la nature a horreur du vide et colonise tout environnement favorable



#10 mowgli

mowgli
  • Membres
  • 217 messages
  • Pays :France
  • Département :eure

Posté 13 janvier 2018 - 20:11

Sortez voir vos bonsai la nuit à la lampe torche quand il fait doux. Vous constaterez que les vers de terre sont etonnament de bons grimpeurs. J'en ai deja vu à la cime de mes bonsai, à 50cm du sol ! Sans parler des cloportes et autres bestioles avec des pattes...

#11 boots19

boots19
  • Modérateurs
  • 5 014 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Lauzerte
  • Zone USDA :8b
  • Pays :france
  • Département :82

Posté 14 janvier 2018 - 08:04

+1 mowgli.
surtout s il pleut
"La critique constructive est un levier du progrès." "Ayez le culte de l'esprit critique." Louis Pasteur

#12 Harwy Little Wee

Harwy Little Wee
  • Membres
  • 67 messages
  • Sexe :Homme
  • Zone USDA :8a
  • Pays :France
  • Département :45

Posté 14 janvier 2018 - 09:53

Des ver de terre ninja, ahah c'est génial ! La nature colonise tout environnement favorable, donc quelque part, ne pas trouver de bestiole dans nos pots devrait nous faire tiquer. Surtout que visiblement, que ce soit 100% minéral, en hauteur etc, cela n'empêche pas


"Ne vous excusez pas, voyons. L'être de goût sait attendre que la fleur soit éclose pour en contempler toute la splendeur."

 

Enshu Atsukau


#13 jean81

jean81
  • Membres
  • 304 messages
  • Pays :france
  • Département :tarn

Posté 16 janvier 2018 - 10:11

j'ai fait du bonsai il y a 20 ans, culture classique de l'époque avec engrais du commerce, j'en suis revenu, beaucoup d'échec

aujourd'hui j'utilise que des engrais maisons, et depuis je trouve que mes arbres sont plus beau qu'avant et en meilleure santé et depuis zéro échec

Concernant les maladies pour moi elles sont liées à des conditions de culture non idéale, le substrat qui est à revoir, mes arbres ne sont pas malades et dieu sait que j'ai toujours acheté des arbres malades, les bonsai du commerce c'est la catastrophe, un simple rempotage à suffit à leur redonner vigueur et santé

à la jardinerie du coin il y a un orme de chine en mauvaise santé il va crever, vendu 100 eur, je sais que je peux le sauver mais j'hésite, 100 eur pour un arbre malade ça fait mal



#14 A.N.T.O.N.I.N

A.N.T.O.N.I.N
  • Membres
  • 910 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Condom
  • Zone USDA :8
  • Formation :Autodidacte (bah ouais j'ai la science inffuse)
  • Pays :France
  • Département :Gers (32)

Posté 16 janvier 2018 - 19:04

Faut négocier mon vieux !


"Comme quoi il n'est qu'une clef pour accéder au savoir, et c'est le désir."

                                                                                                          

                                                                                                                 Amélie Nothomb


#15 jean81

jean81
  • Membres
  • 304 messages
  • Pays :france
  • Département :tarn

Posté 16 janvier 2018 - 22:32

Faut négocier mon vieux !

 

impossible,; on a à faire qu'à des employés , mais je leur laisse leur bonsai , pas envie d'acheter un truc qui est en train de crever, ils me le donne s'ils veulent mais j'y mettrai pas 10 eur



#16 bonsaiphil

bonsaiphil
  • Membres
  • 2 677 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Strasbourg
  • Zone USDA :7
  • Formation :autodidacte
  • Pays :france
  • Département :67

Posté 17 janvier 2018 - 00:09

J'approuve et j’applaudis

Surtout qu'il y a surement une flopée d'ormes champêtres qui te tendent les bras dans la campagne à quelques kilomètres de chez toi



#17 boots19

boots19
  • Modérateurs
  • 5 014 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Lauzerte
  • Zone USDA :8b
  • Pays :france
  • Département :82

Posté 17 janvier 2018 - 06:37

Faut avoir la chance de trouver le patron ;) En général c'est un gars habillé comme un client, mais qui à l'air de travailler comme un employé :newsm_6:

J'avais sauvé trois Vanda comme ça. 150 euros de produits pour 0 euros. Bon c'était facile, c'est le chef qui tenait la caisse...


"La critique constructive est un levier du progrès." "Ayez le culte de l'esprit critique." Louis Pasteur

#18 Ben34

Ben34
  • Membres
  • 1 546 messages
  • Sexe :Homme
  • Zone USDA :0
  • Pays :france
  • Département :34

Posté 08 février 2018 - 23:32

Hervé Coves et les Champignons - YouTube



#19 boots19

boots19
  • Modérateurs
  • 5 014 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Lauzerte
  • Zone USDA :8b
  • Pays :france
  • Département :82

Posté 09 février 2018 - 06:46

Tiens il est de chez moi lui ^^

 

C'est bien lui qui parle de révolutionner l'agriculture avec des copeaux de bois? Parce que c'est très bien, moi même je le fait dans mon petit jardin, au pieds de mes quelques arbres. Mais quand on passe à une échelle plus grande c'est pas la même.. Va fertiliser 15 Ha de blé d'hiver avec du copeau, va ^^

Bon ce gars est plein de bon sens, et de savoir, je veux pas lui enlever ça ;)

Merci pour le lien.

 

Oups, j'ai du confondre avec Jacky Dupéty...vais me refaire un café.. désolé


"La critique constructive est un levier du progrès." "Ayez le culte de l'esprit critique." Louis Pasteur

#20 Gwinru

Gwinru
  • Admins
  • 8 652 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Courbevoie
  • Zone USDA :9
  • Formation :Bonsaï Club du Point du Jour + formateurs PB
  • Pays :France
  • Département :92+14

Posté 09 février 2018 - 09:46

Dans le même genre, les scientifiques ont découvert que dans un biotope, en forêt par exemple, les arbres échangent entre eux des nutriments, des informations, des messages chimiques, de telle sorte que les plus forts viennent en aide aux plus faibles et que ces échanges ont lieu dans un même groupe pouvant incorporer également d'autres espèces végétales.

Un groupe végétal sera ainsi plus fort et plus résistant, non pas parce que les individus sont plus forts mais parce que la collaboration entre individus de la même espèce ou inter espèces est la plus riche et la plus élaborée. Ça tord le cou au dévoiement de la théorie de Darwin, par ceux qui estimaient que la sélection naturelle privilégie les plus forts, alors qu'en fait ce sont les individus à la fois les mieux adaptés à leur environnement, les plus diversifiés et qui pratiquent la plus grande collaboration qui sont susceptibles de survivre. Dans un même groupe de végétaux, il peut y avoir à la fois compétitions et mutualisation des ressources.

 

Dans un jardin, les espèces les mieux susceptibles de collaborer sont le noisetier, l'aubépine, le sureau, etc... Du coup je vais garder mes sureaux, mes noisetiers et surtout l'aubépine que je comptais prélever


雲をりをり
人を休むる
月見哉
Aux admirateurs de lune 
les nuages parfois
offrent une pause
 



0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)