Aller au contenu


Photo
- - - - -

Formation d'une loupe sur un érable


  • Veuillez vous connecter pour répondre
48 réponses à ce sujet

#41 boots19

boots19
  • Modérateurs
  • 7 548 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Lauzerte
  • Zone USDA :8b
  • Pays :france
  • Département :82

Posté 08 avril 2020 - 07:30

Ça pourrait être du monilia sur rameau. Le rameau tout noir sur la première photo, à la base de ton petit doigt m'y fait penser. Par contre sur les autres, en début d'attaque, ça ressemble à autre chose. En tous cas c'est probablement un problème fongique. le fait que ça attaque de jeunes pousses semble l'indiquer..

Je te fais pas l'affront de te demander si ce n'ai pas des "drapeaux" d'oïdium, tu aurais reconnu tout seul j'imagine.

As-tu constaté une coïncidence entre des périodes humide et ce flétrissement? (avec quelques jours de décalage evidemment..)

 

En tous cas, à ta place je tenterais d'appuyer un peu plus les protections.

-Fin de saison à décoloration des feuilles

-à chute des feuilles pour protéger/désinfecter les cicatrices des pétioles

-une fois dans l'hiver

-puis bien encadrer le débourrement. Soit du stade pointe verte jusqu'à premières feuilles matures. Puis bien nettoyer les feuilles mortes au sol avant le démarrage.

 

Avec cuivre et souffre...la seule chose qu'il nous reste pour traiter quoi... :spb79:


"La critique constructive est un levier du progrès." "Ayez le culte de l'esprit critique." Louis Pasteur

#42 bonsaiphil

bonsaiphil
  • Membres
  • 4 062 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Strasbourg
  • Zone USDA :7
  • Pays :france
  • Département :67

Posté 08 avril 2020 - 08:17

Non je n'ai jamais eu sur aucun de mes deux A. ginnala ce dépérissement fongique que tu décris.

Après vérification de mes notes, je reviens sur ce que j'ai dit plus haut.

Pour information, cet arbre a eu une attaque fongique. Je l'ai décrite ici.

Mais je n'ai pas l'impression que cela ressemble à ton champignon à toi. Le tien semble plus préoccupant.



#43 aristide

aristide
  • Membres
  • 1 232 messages

Posté 09 avril 2020 - 09:07

oui j'ai de l'oidium de temps en temps sur cette espèce et que sur celle là.

J'ai traité au souffre les années précédentes mais ça n'a pas réglé le pblm.
Il faut effectivement que j'accentue les traitements (ce que jaime pas trop ) merci.


D'ailleurs quelqu'un a déjà construit une chambre de traitement? (Genre une mini serre, avec plusieurs buse de pulvérisation relié à un compresseur, et un système de récupération des eaux usées )

Les 2 premières photos montrent le noircissement, mais avec les quatre suivantes je montrais juste les arbres.
Tu y vois deja les prémices de la contamination boots?

En plus de ça, cette espèce a chez moi des feuilles carencées régulièrement! Bon y a pt être un lien entre les deux soucis..

#44 boots19

boots19
  • Modérateurs
  • 7 548 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Lauzerte
  • Zone USDA :8b
  • Pays :france
  • Département :82

Posté 09 avril 2020 - 10:39

Ça me fait un peu penser à des pousses "drapeau (1)" d'oïdium quand même.

Sur les autres photo c'est difficile de voir quelque chose, c'est un peu loin. On voit quand même quelques pousses plus faibles.

 

 (1)Source wikip;

  • sur les jeunes rameaux herbacés : l'oïdium peut apparaître dès le début de la végétation et envahir les jeunes pousses qui voient alors leur croissance ralentir. Elles présentent des plages revêtues d'une poussière blanche grisâtre due à la sporulation. Le développement du mycélium provoque une réduction du développement des entre-nœuds et des malformations foliaires (comme des bordures recourbées vers le haut et un aspect fripé), dues à une contamination des deux faces par le champignon. On parle alors d'une forme « en drapeau » des pousses oïdiées ou d'« épidémie de type drapeau ».
Le jeune rameau herbacé qui se couvre d'une poussière fongique blanche20 au printemps, dans le facies en drapeau, est en général issu d'un bourgeon contaminé durant la période végétative de l'année précédente et dans lequel le mycélium a hiverné21.
"La critique constructive est un levier du progrès." "Ayez le culte de l'esprit critique." Louis Pasteur

#45 aristide

aristide
  • Membres
  • 1 232 messages

Posté 10 avril 2020 - 06:33

Ok merci boots,

La grosse différence entre cuivre et souffre c'est bien la plage de température où le traitement est efficace c'est bien ça?

Et d'après toi c'est quoi le "meilleur" protocole de traitement pour, à la fois, bien s'occuper d'un problème fongique dont on est pas sûr, et limiter l'impact sur les bonnes choses (environnement, mycorhises..)?

#46 boots19

boots19
  • Modérateurs
  • 7 548 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Lauzerte
  • Zone USDA :8b
  • Pays :france
  • Département :82

Posté 10 avril 2020 - 08:10

 

La grosse différence entre cuivre et souffre c'est bien la plage de température où le traitement est efficace

Non c'est le spectre d'action. Cuivre et souffre ne fonctionnent pas forcement sur les mêmes pathogènes. (même si, sur certains, les deux peuvent fonctionner)

Les données météos peuvent jouer sur la phytotoxicité, mais c'est autre chose. Par exemple le cuivre est a éviter en période fraiche et humide, sans quoi les feuilles peuvent présenter quelques décolorations, déformations, grillures etc etc. Le souffre pose moins de problèmes. sauf que souffre + chaleur = traitement insecticide en plus du reste^^

 

 

Et d'après toi c'est quoi le "meilleur" protocole de traitement pour, à la fois, bien s'occuper d'un problème fongique dont on est pas sûr, et limiter l'impact sur les bonnes choses

L'idée c'est justement d'identifier le plus possible le problème de façon à choisir tel ou tel produit..

Et tout découle de là, bien connaitre le cycle du pathogène pour taper au bon moment. Sans ça il faut pratiquer à l'aveugle et donc avoir une protection totale et permanente...

Prenons l'exemple de la tavelure du pommier.

Le champignon hiverne sur les feuilles mortes au sol pendant l'hiver. Pour se développer il faut une pluie contaminatrice qui fait exploser les ascospores au sol (projection en hauteur) ET une période d'humectation du feuillage assez longue ET des températures supérieurs à XX°C.

Sans présence de ces trois facteurs, pas besoin de traiter.

Si cette contamination primaire est bien encadrée, tu n'as plus besoin de traiter de toute l'année.. Sinon > contamination secondaire, de feuille à feuilles, et là tu recommences le cycle; Demain il va pleuvoir, le risque de projection est grand, je traite aujourd'hui en préventif etc etc

 

Pour ce qui est de l'impact sur les bonnes choses, il faut se rappeler qu'on parle d'un seul arbre, qu'on peut déplacer où on veut, sur lequel on peut protéger le substrat etc.. Donc pour moi l'impact est très négligeable... (avec un fongi en tous cas)

Sinon, la base, pulvériser un minimum sans faire goutter 100 ml de bouillie par terre. Le faire quand il faut sans en mettre trop peu, en en mettant assez. Protéger le substrat (chose que je ne m'embête même pas à faire..)

Et ceci seulement pour le cuivre... Car le souffre est beaucoup beaucoup moins toxique, et, je le rappelle, fait partie des micro éléments du sol nécessaire à une plante. En gros, ce qui tombe par terre, c'est de l'engrais ^^

 

Enfin, il faut comprendre comment marche ces produits. Ce sont des produits de contact. Ils protègent par leur présence sur le feuillage.

Donc deux choses déclenchent une nouvelle application de produit:

- le lessivage par une quantité de pluie suffisante (souvent considéré à 30mm)

- la pousse! car les nouvelles feuilles qui sortent après traitement ne sont pas protégées.

 

Pour ce qui est de "quand faire la première application", cela dépend des facteurs de contaminations, propre à chaque pathogène..Le vecteur, pluie, vent, insecte, pince concave sale etc etc. Les conditions climatiques, forte pluie, faible pluie, humidité ambiante, faible ou forte température.

Donc on en revient toujours au même..Il faut IDENTIFIER LE PATHOGÈNE...


"La critique constructive est un levier du progrès." "Ayez le culte de l'esprit critique." Louis Pasteur

#47 bonsaiphil

bonsaiphil
  • Membres
  • 4 062 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Strasbourg
  • Zone USDA :7
  • Pays :france
  • Département :67

Posté 10 avril 2020 - 10:05

Pour revenir à la loupe sur cet Erable ginnala, je commence à me poser des questions.
Suite à la formation de cette loupe, maintenant transformée par marcotte , ce pourrait-il que ce développement anarchique soit dû à la bactérie Rhizobium radiobacter  ?

Cette bactérie a été identifiée par Shrub sur un de mes châtaigniers dans le fil "Un nebari enrobé dans du nougat c'est pas de la tarte" (Voir ici) .

Le développement anarchique était souterrain pour le châtaignier, mais serait-il possible qu'il s'agisse dans le cas de cet érable d'une forme aérienne ?



#48 hin175

hin175
  • Rédacteurs
  • 6 009 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Plaisir
  • Zone USDA :0
  • Formation :Les Amis du Bonsai Plaisir, L'arbre et le Geste, La Scuola d'Arte Bonsaï, etc
  • Pays :France
  • Département :Yvelines

Posté 10 avril 2020 - 10:23

C'est possible, surtout si tu n'as pas désinfecté tes outils entre les 2... ou passé de la terre de l'un a l'autre par rempotage.

Elle provoque des sortes de tumeurs (d'où son ancien nom de "tumefaciens"), en general au niveau du collet... mais le collet, c'est vague... un peu plus haut, un peu plus bas, ca doit etre possible


"Toute chose a une fin. Sauf la saucisse, qui en a deux.", Monroe.

Lao Tseu a dit :
En premier, on enlève la soucoupe sous le pot, suivant la saison on rempote dans un substrat drainant, c'est à dire SANS terreau (même du terreau "spécial bonsaï") ni terre végétale, on met son arbre à l'extérieur, on l'arrose quand le substrat est sec en surface (pas tous les X jours), et SURTOUT, on lit cet article, et les autres accessibles depuis la page d'accueil ...

Culture et ligature sont les deux mamelles du bonsaï... mais culture est la plus grosse.


#49 aristide

aristide
  • Membres
  • 1 232 messages

Posté 10 avril 2020 - 17:17

Merci boots




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)