Aller au contenu


Photo
- - - - -

Multiplication des cultivars

cultivars multiplication clones semis

  • Veuillez vous connecter pour répondre
10 réponses à ce sujet

#1 Fimwif

Fimwif
  • Membres
  • 618 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Lyon
  • Zone USDA :8a
  • Formation :Parlons Bonsaï, Esprit Bonsaï.
  • Pays :France
  • Département :Rhône (69)

Posté 15 août 2016 - 14:30

Bonjour à tous,

 

J'aurais besoin d'un éclaircissement au sujet de la définition des cultivars et de la manière de les multiplier.

 

J'ai lu à plusieurs reprises ici que les cultivars étaient multipliés uniquement de manière végétative, contrairement aux variétés qui pouvaient se multiplier par reproduction sexuée.

 

Néanmoins, j'ai lu récemment une affirmation contraire, dans L'Encyclopédie des Graminées, de Rick Darke (2007). Dans le chapitre intitulé "La dénomination des graminées et la nomenclature botanique", l'auteur affirme la chose suivante:

 

"Un cultivar est un groupe de plantes cultivées qui ont été sélectionnées pour une ou plusieurs caractéristiques uniformes, stables et reproductibles par des moyens de multiplication appropriés. [...]
Contrairement à une croyance répandue, les cultivars, par leur définition même, ne sont pas issus de plantes génétiquement identiques (clones). Elles peuvent toutefois l'être, mais dans ce cas il vaudra mieux les appeler "cultivars de clones". Panicum virgatum 'Shenandoah' en est un exemple. Si l'on veut conserver l'ensemble de ses caractéristiques, dont le port relativement bas et les feuilles tachetées rouge foncé dans l'arrière-saison, il faut le multiplier par voie végétative.
Les cultivars issus de semis sont moins uniformes dans leurs caractéristiques que les cultivars clonaux. Ils ne se différencient parfois que par un seul détail qui se transmet à son tour par semis. Certains cultivars issus de semis n'obéissent pas à des caractéristiques très rigoureuses. On les maintient en culture en conservant les sujets qui répondent au standard recherché et en éliminant ceux qui ne présentent pas ces caractéristiques. Miscanthus sinensis 'Gracillimus', un cultivar très répandu, est l'exemple d'un cultivar souvent reproduit par semence. Il est cultivé dans les jardins occidentaux depuis plus de cent ans pour ses feuilles étroites, sa forme arrondie et ses inflorescences rougeâtres à l'arrière-saison. Bien que n'étant pas génétiquement identiques, la plupart des 'Gracillimus' issus de semis reproduisent ces caractéristiques, à moins qu'ils n'aient reçu le pollen d'autres cultivars."
 
Bien qu'il ne parle pas d'arbres ici, je suppose que ses affirmations s'appliquent aussi aux espèces menées en bonsaï. Je précise aussi qu'il fait bien la différence entre variété et cultivar, et vu la qualité de l'ouvrage et la précision de ses exemples je suis plus que tenté de le croire, bien que je manque de connaissances dans ce domaine.
 
Je me demande donc s'il est effectivement possible de multiplier certains cultivars par semis, en contrôlant éventuellement la pollinisation, et si la définition donnée dans cet ouvrage correspond à la définition que nous avons du terme "cultivar" (le livre étant traduit de l'anglais, je n'exclus pas la possibilité d'une confusion dans les termes utilisés).
 
Par exemple, est-ce qu'un arbre issu d'un semis spontané, qui posséderait par hasard les caractéristiques inhérentes à un cultivar donné, serait par définition un représentant de ce cultivar?
 
Quel est votre avis à ce sujet?


#2 hin175

hin175
  • Rédacteurs
  • 6 218 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Plaisir
  • Zone USDA :0
  • Formation :Les Amis du Bonsai Plaisir, L'arbre et le Geste, La Scuola d'Arte Bonsaï, etc
  • Pays :France
  • Département :Yvelines

Posté 15 août 2016 - 14:59

L'affirmation de Mr Darke est correcte. Un cultivar n'est pas obligatoirement reproduit par clonage (reproduction végétative, càd bouturage ou marcottage).

Mais comme tu le dis, il ne parle pas d'arbres, et même si tous les êtres vivants partagent des caractéristiques communes ("unicité du vivant"), ils ont aussi des différences qui les caractérisent ("diversité du vivant"... tous ceux qui ont eu récemment un manuel de collège/lycée dans les mains reconnaitront la formule :-D).

La plupart des graminées sont majoritairement endogame, ce qui signifie qu'elles vont se reproduire avec elle-même ou avec un individu proche... On arrive donc à des situations ou une grande partie de la variabilité est évacuée du génome, sans que cela pose problème. Du coup, comme elles se reproduisent avec elle-même (je schématise), et qu'on (pour les cultivars) ou qu'elles (pour les plantes sauvages) le font depuis des générations (chez les graminées, en général, une génération = 1 an, parfois 2, et les générations ne sont pas chevauchantes, ce qui signifie que "l'épuration" des variations est beaucoup plus rapide), si tu les reproduit de manière sexuée, çà change rien pour elles. C'est comme si tu "croisais" ta main droite avec la gauche... génétiquement, tu retomberais sur toi.

 

Pour les arbres, c'est différent. Eux sont généralement auto-incompatibles (même si là encore, il y a quelques, ou de nombreuses, exceptions, car les arbres ne forment pas un groupe naturel, ils n'ont pas un et un seul ancêtre commun qui est l'ancêtre de tout les arbres), ce qui veut dire qu'ils ont besoin d'envoyer leur pollen, ou de recevoir le pollen d'un arbre suffisamment différent d'eux pour être identifié comme différent. Ce qui fait qu'il favorisent la différence et la diversité.

Donc les espèces d'arbres sont beaucoup plus variables que les espèces de graminées. Quand tu récupères des graines d'un arbre d'une certaine variété, elles sont quasiment à tous les coups issues d'une reproduction entre deux génotypes (l'ensemble des caractéristiques génétique) différents. Donc la probabilité que tu trouves une graine issue du croisement de deux individus génétiquement assez différents, mais présentant une même caractéristique morphologique (couleur du feuillage, écorce rugueuse, etc) "par hasard" est assez faible. 

 

Voila pourquoi les arboriculteurs reproduisent les cultivars d'arbres par reproduction asexuée, et les amateurs d'herbacées par reproduction sexuée (qui est quand même plus simple en général)... ;-)

Mais il existe des cultivars d'arbres ou d'arbustes assez stables pour être reproduit de manière sexuée (c'est plutôt rare, et j'en ai pas qui me viennent à l'esprit là tout de suite). Des cultivars issues de populations naturelles dans lesquelles le caractère recherché est assez uniforme et présent chez tous les individus (c'est à dire qu'il est "fixé") pourraient convenir.

 

Chez les tomates, il y a des variétés dont les fleurs ne s'ouvrent quasiment pas (=presque 100% endogames/autogames) et d'autres dont les fleurs s'ouvrent et qui ont besoin d'être fécondée par au moins une autre fleur, voire un autre individu.


"Toute chose a une fin. Sauf la saucisse, qui en a deux.", Monroe.

Lao Tseu a dit :
En premier, on enlève la soucoupe sous le pot, suivant la saison on rempote dans un substrat drainant, c'est à dire SANS terreau (même du terreau "spécial bonsaï") ni terre végétale, on met son arbre à l'extérieur, on l'arrose quand le substrat est sec en surface (pas tous les X jours), et SURTOUT, on lit cet article, et les autres accessibles depuis la page d'accueil ...

Culture et ligature sont les deux mamelles du bonsaï... mais culture est la plus grosse.


#3 Fimwif

Fimwif
  • Membres
  • 618 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Lyon
  • Zone USDA :8a
  • Formation :Parlons Bonsaï, Esprit Bonsaï.
  • Pays :France
  • Département :Rhône (69)

Posté 15 août 2016 - 15:11

Ok, merci de ta réponse très précise!

 

Donc si je comprends bien, la raison pour laquelle les cultivars d'arbres sont multipliés par reproduction végétative ce n'est pas une conséquence de la définition du terme "cultivar", mais plutôt la conséquence d'une difficulté technique à obtenir des caractéristiques stables par semis.

 

C'est vrai que je ne m'étais pas posé la question de savoir s'il y avait une différence entre les espèces herbacées et les arbres concernant la reproduction et la variabilité des caractéristiques. Je me coucherai moins bête :)



#4 hin175

hin175
  • Rédacteurs
  • 6 218 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Plaisir
  • Zone USDA :0
  • Formation :Les Amis du Bonsai Plaisir, L'arbre et le Geste, La Scuola d'Arte Bonsaï, etc
  • Pays :France
  • Département :Yvelines

Posté 15 août 2016 - 15:48

Tu comprends bien ;-)


"Toute chose a une fin. Sauf la saucisse, qui en a deux.", Monroe.

Lao Tseu a dit :
En premier, on enlève la soucoupe sous le pot, suivant la saison on rempote dans un substrat drainant, c'est à dire SANS terreau (même du terreau "spécial bonsaï") ni terre végétale, on met son arbre à l'extérieur, on l'arrose quand le substrat est sec en surface (pas tous les X jours), et SURTOUT, on lit cet article, et les autres accessibles depuis la page d'accueil ...

Culture et ligature sont les deux mamelles du bonsaï... mais culture est la plus grosse.


#5 Philb58

Philb58
  • Membres
  • 235 messages
  • Sexe :Homme
  • Zone USDA :8
  • Pays :Belgique
  • Département :Liège

Posté 15 août 2016 - 16:02

Je suis content de ce sujet, et il me vient une question!!!
J'ai un érable trifide (de Buerger) dans mon jardin et il porte une quantité astronomique de graines.
Je ne pense pas que d'autres érables trifides trainent dans le coin, il s'est donc "hibridé" avec je ne sais quelle autre espèce, je n'aurai donc pas d'érable trifide avec ces graines, ou alors juste une certaine variété de trifide sensiblement différente de l'arbre de mon jardin!!??!!
Je m'interroge parce que j'ai des érables qui poussent naturellement dans ma pelouse et ils n'ont pas les feuilles trilobées :spb32:



#6 papymandarin

papymandarin
  • Animateurs
  • 7 344 messages
  • Sexe :Homme
  • Zone USDA :8
  • Pays :Belgique
  • Département :bruxelles

Posté 15 août 2016 - 17:13

ca peut aussi etre des graines steriles que ton arbre porte ca arrive que certains arbres forment des graines meme sans fecondation mais sans espoir de germination ensuite.

OU le buerger est capable d'endogamie et s'est auto feconde (je ne sais pas si cette espece en est capable)

OU il y a d'autres burger dans le coin (attention des varietes differentes doivent tout de meme appartenir a une meme espece pour se croiser naturellement en general, donc il s'est pas croise avec une autre espece mais avec un autre "individu" burger que ce soit de la meme variete ou de pas de variete du tout)

 

enfin bref si tes graines germent ca donnera du burger, pas un hybride, mais les caracteres des bebes ne seront peut etre strictement identiques a celui de leur "mere"



#7 Philb58

Philb58
  • Membres
  • 235 messages
  • Sexe :Homme
  • Zone USDA :8
  • Pays :Belgique
  • Département :Liège

Posté 15 août 2016 - 19:31

merci papy :spb105:
Je vais essayer de stratifier les graines cet hiver en espérant avoir un résultat; pas simple car cette année, j'ai essayé des semis de ce trifide, puis d'autres palmatums aussi, mais rien n'a levé  :spb110: 
Mais je pense, à la lecture de plusieurs documents, que je les ai récoltées trop tard, et pas forcément conservée de manière idéales, puis les stratifications "naturelles" que j'ai faites n'ont pas forcément été top avec un hiver trop doux :spb93:
Bref, j'ai du boulot pour cet automne :spb90:



#8 hin175

hin175
  • Rédacteurs
  • 6 218 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Plaisir
  • Zone USDA :0
  • Formation :Les Amis du Bonsai Plaisir, L'arbre et le Geste, La Scuola d'Arte Bonsaï, etc
  • Pays :France
  • Département :Yvelines

Posté 16 août 2016 - 06:50

Ou aussi tu as eu une hybridation avec une espèce proche du Buerger, dont un arbre trainerait dans le coin... je ne sais pas comment le buerger est interfécond avec les autres érables.... ;-)


"Toute chose a une fin. Sauf la saucisse, qui en a deux.", Monroe.

Lao Tseu a dit :
En premier, on enlève la soucoupe sous le pot, suivant la saison on rempote dans un substrat drainant, c'est à dire SANS terreau (même du terreau "spécial bonsaï") ni terre végétale, on met son arbre à l'extérieur, on l'arrose quand le substrat est sec en surface (pas tous les X jours), et SURTOUT, on lit cet article, et les autres accessibles depuis la page d'accueil ...

Culture et ligature sont les deux mamelles du bonsaï... mais culture est la plus grosse.


#9 Philb58

Philb58
  • Membres
  • 235 messages
  • Sexe :Homme
  • Zone USDA :8
  • Pays :Belgique
  • Département :Liège

Posté 16 août 2016 - 10:55

Hum, je viens de tomber sur un site où ils donnent la classification des érables.

 

http://jeanlouis.hel...s/classific.htm

 

On peut y lire que les érables de Buerger ont une forte tendance parthénocarpique ( https://fr.wikipedia...Parthénocarpie ),

et donc sont capables de produire des graines même s'il n'y a pas eu fécondation. :spb32:

 

M..de alors!!! :spb79:

 

Maintenant, je cherche si cette espèce est monoïque (portant les fleurs mâles et femelles sur le même arbre), auquel cas, il pourrait s'autoféconder :spb52: 

 

Avec ma chance, il est dioïque à coup sûr  :spb87:   



#10 papymandarin

papymandarin
  • Animateurs
  • 7 344 messages
  • Sexe :Homme
  • Zone USDA :8
  • Pays :Belgique
  • Département :bruxelles

Posté 16 août 2016 - 11:09

ca te coute rien d'essayer le semis quand meme, toutes les graines ne sont pas forcement parthenocarpiques

 

les erables sont monoiques il me semblent, mais monoique ne veut pas forcement dire que l'autofecondation est possible, beaucoup de plantes sont monoiques mais "autosteriles"



#11 Philb58

Philb58
  • Membres
  • 235 messages
  • Sexe :Homme
  • Zone USDA :8
  • Pays :Belgique
  • Département :Liège

Posté 16 août 2016 - 11:57

Oui, bien sûr, je vais tout de même essayer, mais bon, je risque d'avoir beaucoup de déchet :spb110:
Je dois bien dire que je n'ai pas beaucoup de chance avec mes cultures; les semis de cette année n'ont rien donné, et sur toutes les boutures d'érables, j'ai eu très peu de reprise et j'ai tout perdu en définitive, rien n'a repris ce printemps (pourtant, il y avait des racines).
Seules trois boutures de Zelkova et quelques de Genévriers ont bien voulu reprendre, pas top tout ça!!! :spb87: 





Aussi étiqueté avec au moins un de ces mots-clés : cultivars, multiplication, clones, semis

0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)