Aller au contenu


Photo
- - - - -

Lire un bonsaï, méthode globale et syllabique


  • Veuillez vous connecter pour répondre
3 réponses à ce sujet

#1 bonsaiphil

bonsaiphil
  • Membres
  • 3 516 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Strasbourg
  • Zone USDA :7
  • Pays :france
  • Département :67

Posté 06 décembre 2015 - 16:21

Lire c'est comprendre. Comprendre c'est fabriquer du sens.
 
Il vous est sans doute arrivé d'entendre, lors d'une exposition de bonsaï, les commentaires de visiteurs absolument néophytes. Leurs réactions vous ont semblé très éloignées des vôtres. Un shari est perçu comme un défaut, une forme en cascade peut laisser dubitatif, un arbre sans feuilles ne représente que peu d’intérêt voire aucun. Vous vous rendez compte que le spectateur non averti ne comprend pas les intentions des auteurs comme vous le faites, il ne lit pas l'arbre avec les mêmes connaissances dont vous faites preuve. Et vous avez l'impression qu'ils passent à coté d'éléments importants à vos yeux.
C'est qu'il en est des bonsaïs comme d'autres œuvres d'art : on les lit avec les représentations qu'on a. Or si on interroge les gens sur leurs représentations des arbres on se rapproche plus ou moins de ça :
arbre3.jpg

Ces représentations proviennent d'une lecture globale et stéréo-typique des arbres. Le terrien moyen connaît des grandes catégories de formes (feuillus et "sapins") qu'il voit agencées en masse foliaire, branches, tronc et parfois racines. Pour lui, les arbres sont généralement composés de ces 3 ou 4 parties et ils sont érigés, il montent vers le ciel. Cette vision sommaire provient à la fois d'une observation réduite (l'arbre en ville) et d'une difficulté à observer (Jean Dubuffet (1)).
 
Un amateur averti de bonsaï possède une toute autre approche parce qu'il sait ce qu'est une zone de combat, parce qu'il a vu (même en photo) un genévrier pousser dans une falaise, un épicéa couché reprendre verticalement à partir de ses branches, un chêne foudroyé etc. Riche de ces connaissances il sait retrouver cette incroyable diversité dans la plante qui pousse dans un pot. En reconnaissant une forme battue par le vent il met en œuvre, comme le néophyte, une lecture globale de l'arbre avec une différence de taille : Il a plus de références.
 
Par ailleurs, il est aussi en capacité de pratiquer une lecture syllabique des arbres. Discerner un shari ou un jin, repérer un ori, déchiffrer l'ordonnancement des branches sur le tronc, évaluer l'inclinaison/la droiture d'un tronc, percevoir la position de l'arbre dans le pot, tout ces éléments et d'autres encore lui permettent de reconstruire ce qui serait "une phrase" qui caractérise l'arbre. Il y a une grammaire pour cette construction. Plusieurs mots juxtaposés ne font pas encore une phrase, aussi beaux soient-ils pris séparément.

Beaucoup de débats que j'observe autour de l'évaluation d'un bonsaï se réduisent malheureusement à ces règles grammaticales, qu'elles soient héritées du Japon, qu'elles soient empruntées à l'esthétique occidentale ou simplement inventées par les auteurs (il y en a qui osent tout !).
Mais le véritable enjeu dans la valorisation d'un bonsaï est ailleurs comme on va le voir.
 
Riche de ces deux angles d'attaque (global – syllabique) notre connaisseur déchiffre un bonsaï. Mais peut-on dire pour autant qu'il l'a lu ? Peut-on dire qu'il a fabriqué du sens ? On sait très bien qu'un enfant de 8 ou 9 ans peut déchiffrer honorablement quelques vers de Verlaine, par exemple. Mais que signifient-ils pour lui ? Ces vers n'ont de valeur que si, d'une part, il a l'idée de les rattacher à quelque chose et que, d'autre part, ces choses existent dans son esprit et soient en nombre suffisant pour faire des choix pertinents. C'est de l’évocation de ces liens, de cette mise en relation, que peut naître le sens et... l'émotion. Autrement dit c'est en reliant ce qu'il a lu à son vécu ou sa mémoire que cet enfant va donner du sens à la poésie.
Ce qui correspond au vécu pour un enfant n'est autre que sa culture pour un adulte. Lire un bonsaï c'est donc aussi mettre en œuvre sa culture, quel qu’elle soit. Et cela pose problème dans la mesure où nous ne sommes pas tous égaux dans ce domaine. Nos acquis culturels sont très variables en fonction de nos origines géographiques ou notre milieu social.
Que signifie alors l'avis du jury lors d'un concours de bonsaï dans le cadre d'une exposition ? Pas plus que la nomination à un prix littéraire (l'argent mis à part). Quand un écrivain digne de ce nom rédige un roman il exprime sa vision, ses ressentis et il ne peut qu’espérer une rencontre avec un lecteur, c'est à dire tomber sur le bouquineur qui réussira à utiliser son livre comme un levier pour jouir. Fabriquer du sens est jouissif, assurément.

A l'instar de l'écrivain, le bonsaï-ka propose des clés pour interpréter son œuvre, pour la traduire dans le monde intérieur du spectateur. Un arbre n'est ni bon, ni beau, au mieux il envoie un message. L'appropriation du message est ensuite le résultat du hasard : il tombe en terrain d'autant plus fertile que la culture du spectateur est ouverte et étendue.

 

Tout comme l'écrivain, le bonsaï-ka jette une bouteille à la mer. Bien refermer le bouchon est important mais ne devrait pas constituer l'essentiel.
 
(1) "Ce qui est utile c'est d'apprendre à regarder les choses et non pas à se casser la tête à en trouver toujours de nouvelles sans faire aucun progrès dans l'art de les regarder.
A mesure que l'on fait du progrès dans ce sens on prend conscience du caractère de profusion des choses qui s'offrent au regard et l'idée d'en augmenter le nombre apparaît de plus en plus oiseuse."
J. Dubuffet



#2 Nessi

Nessi
  • Membres
  • 19 messages
  • Sexe :Not Telling
  • Zone USDA :0
  • Formation :-
  • Pays :-
  • Département :-

Posté 11 décembre 2015 - 10:34

Je plussois à 100%  cette analyse.  ;)



#3 Zelkova

Zelkova
  • Animateurs
  • 969 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Toulouse
  • Zone USDA :8b
  • Pays :France
  • Département :31

Posté 11 décembre 2015 - 11:09

Je viens de lire ton sujet une deuxième fois.

C'est très intéressant ce que tu nous livres, j'y trouve de nombreux thèmes auxquels je suis sensible.

 

Il y a effectivement toute la part sémiotique du bonsaï et plus globalement de l'arbre ; donc la question de sa représentation symbolique et culturelle. Nul doute qu'une personne évoluant en Chine et ayant toujours vu les peintures traditionnels et/ou des photos de ces paysages montagneux garde en tête des silhouettes d'arbres à plateaux et pourquoi pas en semi cascade. Chez, nous, on a souvent plus en tête un platane de bord de route qu'un tableau de Caspar David Friedrich ;-)

 

Il y a également l'éternel débat sur les œuvres d'Arts qui pose la question : avons-nous besoin nécessairement d'un bagage culturel pour apprécier une œuvre d'Art ? L'Art contemporain souffre — à tord et raison — d'une réputation élitiste et hermétique ! Il est vrai que quand on connait la démarche de Soulage, on y voit autre chose que des aplats noirs, ou du reste, quand on connait la génèse de "fontaine" de Marcel Duchamp, on peut adorer la démarche mais sinon, y voir une grande escroquerie.

Et pour aller plus loin, on peut bâtir notre lecture d'un arbre selon des conceptions esthétiques très variables : graphique, poétique, symbolique… issues de notre parcours et de notre culture. à cela, on y superpose les règles du genre et les conventions qui sont alors nos références communes en tant qu'amateurs ou professionnels (car tout Art repose sur des conventions, à respecter ou à rejeter)

 

Pleins d'idées riches et bien amenées, par contre, j'avoue ne pas voir la destination de ton approche. Je ne dis pas qu'il faut absolument aboutir à un parti-pris tranché et radical mais je me demande qu'est-ce qui a motivé ton billet ? Y a-t-il selon toi des choses à clarifier, ou des idées reçues auxquelles tu veux tordre le cou ? :-)

 

merci



#4 bonsaiphil

bonsaiphil
  • Membres
  • 3 516 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Strasbourg
  • Zone USDA :7
  • Pays :france
  • Département :67

Posté 12 décembre 2015 - 10:17

.... mais je me demande qu'est-ce qui a motivé ton billet ?

Voilà le contexte dans le quel j'ai écrit le billet ci-dessus :

J'ai écrit ce message après un échange à propos d'un micocoulier. J'avançais l'hypothèse que l'arbre pouvait prendre du sens à condition d'opérer une petite modification.
La réponse de Baboulet m'a fait réfléchir.
Il explique sa manière de lire l'arbre qui est fondée sur le cheminement de l’œil le long de courbes dessinées par le tronc et les branches.
En y réfléchissant j'ai compris que son interprétation de l'arbre est un construit, un déchiffrement à posteriori. Il propose une construction intellectuelle, une grammaire du "chemin de l’œil" qui n'existe pas au moment même où on découvre l'arbre. Pour étayer ce point de vue je lui ai donné l'exemple de la lecture des mots. L’œil ne chemine pas en suivant les traits d'encre dans le but de saisir la lettre d'abord, déchiffrer le mot ensuite et fabriquer un sens à la phrase enfin. Notre cerveau photographie le mot dans sa globalité.
J'ai pensé qu'il y avait un parallèle à tirer entre, d'une part, l'apprentissage de la lecture, la lecture courante d'un texte et les mécanismes qui mène à une réaction émotive et d'autre part la découverte -ou lecture- d'un bonsaï.
Qu'on soit béotien, amateur averti ou professionnel de la chose, une lecture globale se produit dans notre tête au moment de découvrir un bonsaï avant toute lecture analytique. La lecture globale d'un texte ou d'un bonsaï est presque immédiate bien qu'elle soit le résultat d'un long apprentissage et de l'empilement de connaissances.

Baboulet a fait une analyse syntaxique de l'arbre en prétendant que la grammaire "du chemin de l’œil" est spontanée, instinctive et naturelle. C'est cela que je récuse.

De plus il exprime l'idée que l'arbre a un sens parce qu'on peut lui appliquer cette analyse fondée sur la trajectoire du regard. Une phrase fait-elle sens simplement parce qu'elle est bien construite grammaticalement ? N'y a t il pas confusion entre une logique interne de l'arbre (même inventée) et le sens tel que je le décrit dans mon premier message ci-dessus ?
 

...Y a-t-il selon toi des choses à clarifier, ou des idées reçues auxquelles tu veux tordre le cou ?

Oui, bien sûr il y a des choses à clarifier et encore plus d'idées reçues. Quant à leur tordre le coup, autant croire au Père Noël !

Personnellement j'écris d'abord pour clarifier mes propres idées. Ce faisant je découvre aussi mes idées reçues, mes a priori, et c'est donc un bon moyen de me remettre en cause.

Accessoirement j’attends du lecteur la contradiction pour juger de la solidité de mes arguments. En somme tout cela est assez égoïste.

Si au passage je peux convaincre quelques-un qu'observer, déchiffrer et lire un bonsaï n'est pas aussi simple que beaucoup le prétendent, j'aurai gagné un petit bonus. Mais je ne me fais aucune illusion : une majorité de personne continuera de polluer les messages par des "j'aime" ou "je n'aime pas" sans argumentation, sans introspection, sans questionnement. Ne voit-on pas des membres de ce forum s'exonérer de toute lecture d'un arbre en s'exclamant "ton arbre est une tuerie" ? Pour moi cette manière de s'exprimer par des superlatifs grotesques traduit une paresse (dans le meilleur des cas) et au pire une misère intellectuelle.

.
.




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)