Aller au contenu


Photo
* * * * * 4 note(s)

Mycorhizes.....en question


  • Veuillez vous connecter pour répondre
237 réponses à ce sujet

#1 pascal37

pascal37
  • Membres
  • 10 790 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Touraine
  • Zone USDA :8b
  • Formation :Autodidacte
  • Pays :France
  • Département :37

Posté 31 mai 2010 - 16:29

Voila un sujet dont on parle regulièrement...mais dont on sait au final pas grand chose.

Alors qq questions en vrac ?

...Quelles sont les espèces a Ectomycorhize ? a endomycorhize

....comment reconnaitre leur présence ?

...quels sont les réels moyens pour ensemencer nos arbres ?..et les conserver ?.....

.....et bien d'autres !


_______________________________________________________

Ce sujet àfait l'objet d'une synthèse ici:
http://www.parlonsbo...orhizes-en.html

mais il continue !...

#2 Gwinru

Gwinru
  • Admins
  • 9 488 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Courbevoie
  • Zone USDA :9
  • Formation :Bonsaï Club du Point du Jour + formateurs PB
  • Pays :France
  • Département :Hauts de Seine - Calvados

Posté 31 mai 2010 - 18:14

Vieux serpent de mer :newsm_1: mais sujet toujours passionnant.

Les ectomycorhizes sont dehors donc on peut les voir, notamment dans certains substrats de pin :blink: . Par contre 80% des plantes vasculaires, donc la totalité des arbres et arbustes que nous cultivons en bonsaï sont pourvues d'endomycorhizes qui colonisent les racines en pénétrant les membranes intracellulaires, donc invisibles à l'oeil nu.

Pour schématiser et faire court. Les ectomycorhizes colonisent les substrats pour dégrader les matières organiques et les transformer en particules minérales. Les endomycohizes facilitent l'assimilation de ces particules par les racines en échange de dérivés carbonés notamment car gratos. Ce qui fait que des fois on voit un substrat de pin bourré d'ectomycohizes et d'autre fois rien, ce qui ne veut pas dire que le pin n'est pas en bonne santé, vu qu'il possède forcément des endomachins.

Je me pose toujours la question de l'utilité d'ajouter ou pas des ectomycorhizes, les seules bébètes commercialisées, dans mes substrats. Pas encore de réponse évidente

雲をりをり
人を休むる
月見哉
Aux admirateurs de lune 
les nuages parfois
offrent une pause
 


#3 pascal37

pascal37
  • Membres
  • 10 790 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Touraine
  • Zone USDA :8b
  • Formation :Autodidacte
  • Pays :France
  • Département :37

Posté 01 juin 2010 - 06:23

C'est quoi le substrat idéal pour les mycorhizes, en culture en pot ?

#4 Dr. GreenThumb

Dr. GreenThumb
  • Membres
  • 721 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Oslo
  • Zone USDA :6a
  • Formation :Autodidacte
  • Pays :Norvège
  • Département :30

Posté 01 juin 2010 - 06:35

Moi je dirai l'humus et/ou les écorces de pin compostées ?

#5 pascal37

pascal37
  • Membres
  • 10 790 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Touraine
  • Zone USDA :8b
  • Formation :Autodidacte
  • Pays :France
  • Département :37

Posté 01 juin 2010 - 06:59

...j'ai lu par ailleurs que les mycorhizes n'aimaient pas trop les horizons "organiques"...mais plutôt les horizons à éléments assimilables (les zones de contact riches litière/substrat en nature) et même en dessous....un substrat minéral fin correctement enrichi (organiquement) et stabilisé ou se forme naturellement des "strates"...n'est il pas plus adapté ?...en gros sur un arbre qui n'a pas été rempoté depuis un certain temps.

#6 pascal37

pascal37
  • Membres
  • 10 790 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Touraine
  • Zone USDA :8b
  • Formation :Autodidacte
  • Pays :France
  • Département :37

Posté 01 juin 2010 - 08:33

...d'autre part, après réflexion sur la présence de mycélium dans les pots...je me demandais; sachant que presque la moitié des "champignons" (que l'on ramasse dans les bois) sont dits mycorhiziens (ecto), et qu'une autre partie concerne les "saprophytes" ou plutot "saprotrophes"(au sens propre du terme, les non-mycorhiziens j'entends)...et que tout les deux développent du mycélium...je me demandais, donc, si nous n'étions pas en présence de ces derniers dans nos pots, plus que du premier...en absence de carpophores visibles pour identification. ..le vent ramenant des spores dans nos pots...et nos engrais et matières organiques contenus dans le substrat constituant un terrain favorable aux saprotrophes (ceux la meme qui participe à la "destruction" de la matière organique et sans association avec les racines de nos arbres)...en gros ce n'est pas parce que l'on a du mycélium dans nos pots, que l'on a des mycorhizes !!! à l'inverse si l'on a pas de champignon, ca ne traduit pas forcement une absence de mycélium (mycorhizes ou pas)...la fructification n'étant pas systématique.

...(je parle ectomycorhizes )

...Bolet, Chanterelle, Amanite, Lactaire, Hygrophore, Russule, Cortinaires,, Tricholome, Clavaires, , Truffe, Inocybe, Hébélome...sont par exemple des "champignons" mycorhiziens...il leur faut obligatoirement un "hôte"pour fructifier...

dans ce sujet on a les deux cas de figures:
http://www.parlonsbo...?showtopic=3373

par exemple...mycorhizien:
http://www.parlonsbo.......ost&p=35846
mycopenjing.jpg
(Photo Penjing)

non-mycorhizien (si je ne me trompe pas):
http://www.parlonsbo.......st&p=247321
mycodiex.jpg
(Photo Diex)

pour les saprotrophes on aura par exemple:
Lépiote,Marasme, Limacelle, Lyophyllum, Plutée, Lépiste, Coprin, Collybie,...
leur présence dans nos pots est bénéfique pour la decomposition de la matière organique...mais ne jouent aucun rôle direct sur nos arbres.

Pour en revenir à nos mycorhiziens, on sait que de nombreux champignons sont spécialisés et intimement liés a certaines espèces, certains genres. D'autres au contraire ne sont pas regardant sur leur hote .

#7 Baggera

Baggera
  • Membres
  • 3 216 messages
  • Sexe :Femme
  • Ville :Nord de Strasbourg
  • Zone USDA :7a
  • Formation :Club des amis du jardin japonais
  • Pays :France
  • Département :67 - Bas-Rhin

Posté 01 juin 2010 - 09:23

Lors du dernier stage PB, on a pu constaté et Patrice nous l'a confirmé que la pouzzolane est vraiment un bon support pour les mychorizes.
Après pour le reste ... je suis toute ouïe :rolleyes:

#8 pascal37

pascal37
  • Membres
  • 10 790 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Touraine
  • Zone USDA :8b
  • Formation :Autodidacte
  • Pays :France
  • Département :37

Posté 01 juin 2010 - 10:05

...en elargissant je pense que tout substrat mineral est bon pour le developpement de mychorizes...dans la mesure ou il existe une neutralité au depart...j'entends par la qu'il n'existe pas d'agents qui vont venir en concurrence, voire empecher le developpement et la bonne marche de la mychorization...après a nous d'apporter les bons complements...en evitant de "polluer" ou d'alterer cette neutralité....meme si cela est loin d'etre le cas : pluies acides, eau d'arrosage, vent, insectes, engrais...quipeuvent modifier cet equilibre en amenant des elements externes....mais cela reste loin de ce qui peut se passer en pleine terre...sous couvert forestier...ou en zone industrielle !

..on peut également se poser la question de l'écorce compostée, de sa provenance, et des éventuelles conséquences de son ajout au substrat minéral...si elle peut servir d'amorce à la décomposition organique en amenant de bonnes bactéries , elle peut également amener des éléments défavorables...comme des champignons nefastes (fusarium). De même, on sait que les engrais forts en phospore ne sont pas favorables à la mychorisation, tout comme un excès d'engrais d'ailleurs...sans compter que les mychorizes préfèrent les substrats faiblement à moyennement acides.

...en gros il faut arriver a créer/controler/entretenir une rhizosphère favorable à nos arbres, et spécifique a chaque espèce...c'est à mon avis qq chose qui se met en place sur un assez long terme...et les rempotages à intervalles courts n'y sont pas forcemment favorables à mon avis...quant a voir des carpophores, nos beaux champignons, ce n'est pas gagné, certains peuvent apparaitre rapidement, d'autres comme le cep de Bordeaux n'apparaissent dans les bois qu'après une trentaine d'années.

...mais encore faut il qu'il y ai eu inoculation du champignon mycorhizien. ..pour un prélèvement en nature il y a des chances qu'il y ai déjà eu association...cela est moins vrai pour un arbre en container ou en pot. Si aujourd'hui on arrive a inoculer, la truffe à certaines essences, il en est de même pour d'autres champignons comme le Bolet des Pins (suillus) et certaines lactaires...mais légion sont les champignons dont on ne maitrise pas encore la culture....Introduire des spores ne garantie donc pas un résultat, mais celui-ci n'est pas exclu...mais il faut passer certaines barrières liées à l'espèce pour espérer pourquoi pas un résultat : choix de l'hôte, nature du substrat (acide, calcaire....), exposition, température, humidité..etc, ...beaucoup de conditions difficiles a mettre en œuvre dans nos cultures en pot...à moins peut être de trouver un candidat générique pas trop regardant ! (laccaria laccata?)...l'objectif étant néanmoins l'obtention de mycélium primaire après germination qui donnera après association un mycélium secondaire capable d'évoluer vers une association mycorhizienne (basidiomycètes)

On peut donc récupérer des sporées de champignons pour essayer d'ensemencer en ectomycorhize, ou faire appel a des solutions commerciales...mais beaucoup ne concernent que les endomycorhizes (glomus)...donc d'aucune utilité symbiotique pour une majorité de nos arbres (cf liste ci dessous). Pour les endomycorhizes, on peut récupérer des morceaux de racines sur un arbre mycorhizé et les mettre en contact des racines au moment du rempotage.

#9 pascal37

pascal37
  • Membres
  • 10 790 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Touraine
  • Zone USDA :8b
  • Formation :Autodidacte
  • Pays :France
  • Département :37

Posté 01 juin 2010 - 14:45

Les carpophores de champignons mychoriziens sont donc nombreux en nature, specialisés ou pas. Ils constituent la partie aerienne visible des ectomycorhizes (mise à part la truffe).

Les ectomycorhizes sont largement présentes. Elles constituent meme le type de mycorhizes les plus rependues au niveau des espèces forestières (feuillus, conifères uniquement) que l'on rencontre dans nos régions. Elles concernent :
- les fagacées (Quercus, Fagus, Castanea)
- les tiliacées (tilia, populus...)
- les bétulacées (Carpinus, Alnus, Betula, Corylus...)
- les salicacées (salix...)
- les myrtacées (Eugenia, eucalyptus...)
- les juglandacées (juglans...)
- et d'autres espèces comme les acacias, robiniers....
- pour les conifères on trouvera l'ensemble des Pinacées. (Pinus, Cedrus, Larix, Abies, Pseudolarix, Tsuga...)

Invisibles à l'oeil nu,, les endomycorhizes concernent :
- plusgénéralement de nombreux fruitiers
- les acer
- les frênes et autres oléacées
-- les ulmacées (Ulmus, Celtis, Zelkova...)
- les autres conifères dont juniperus, araucaria, chamaecyparis, cryptomeria, cupressus, cupressocyparis, Ginkgo, Metasequoia, Podocarpus, Sequoia, Taxus.
- les rosacées dont crataegus, prunus (avium, persica, lauracerasus, lusitanica,serrulata, triloba..), pyrus, malus....plus généralement les fruitiers.

Egalement les arbustes suivants: Abelia, Berberis, Buddleia, Buxus, Calistemon, Callicarpa, Caryopteris, Ceanothus, Cercis, Chaenomeles, Lonicera, Choisya, Cornus, Cotinus, Cotoneasters, Cytisus, Deutzia, Eleagnus, Escalonia, Euonymus, Forsythia, Genista, Hamamelis, Hebe, Hibiscus, Hypericum, Ilex, Lagerstroemia, Laurus, Mahonia, Nandina, Pyracantha, Ribes, Spiraeas, Syringa, Viburnum, Weigelia.....
et la majorité des tropicaux.


Il peut arriver de noter la présence des deux types sur un plant donné (tilia, populus). De même certaines espèces présentent un type donné à un certain stade, puis une migration vers l'autre type (endo vers ecto). Dans la nature les endomycorhizes sont majoritaires au niveau du monde végétal malgré un nombre assez restreint de champignons mycorhiziens...on peut donc trouver la même mycorhize sur une graminée et sur un l'arbre voisin.

De même, différents champignons ectomycorhiziens peuvent s'associer au même plant....ou deux plants peuvent être mycorhisés par le même champignon !!!....et chose incroyable dans ce dernier cas un plant peut fournir à l'autre des éléments carbonés par le biais du champignon!


Nous venons de parler des principales mycorhizes rencontrées en nature. Il en existe d'autres (Arbutoïdes pour l'arbousier, Endo. des Ericacées et Heliantèmes, Endo. à pelotons des orchidacées)

#10 -Tony-

-Tony-
  • Membres
  • 4 676 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Marguerittes
  • Zone USDA :9a
  • Pays :france
  • Département :30

Posté 01 juin 2010 - 18:47

Concernant le fait d'entretenir une rhizosphère favorable, il faut de l'air, une alternance humide/sec (relatif : pas sec ni humide trop longtemps), et une certaine température du sol, non ?

#11 pascal37

pascal37
  • Membres
  • 10 790 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Touraine
  • Zone USDA :8b
  • Formation :Autodidacte
  • Pays :France
  • Département :37

Posté 01 juin 2010 - 20:43

par bon sens je dirais, oui !

...il suffit d'avoir de bonnes conditions de culture pour nos arbres...mais ça on l'a déja assimilé...
... pour le reste il suffit d'observer la nature et de comprendre a quel moment la rhizosphère est la plus active, sous quelles conditions :activité de bactéries,des champignons bons ou mauvais, activité des nématodes et autres protozoaires..le tout en interaction ou en symbiose....le tout fonction de l'environnement climatique humidité de l'air, température, radiation solaire, teneur en dioxyde de carbone...et du substrat lui même, notamment : teneur en eau , oxygène, matières assimilables ou produits phytotoxiques.

...les amateurs de champignons pourraient nous renseigner sur les conditions optimales! ;) et si l'on regarde de prés, les périodes et conditions de fructification des carpophores correspondent a des moments de forte activité au niveau de la rhizosphère....variable d'un champignon à l'autre au niveau période, température,...mais dont le point commun est l'eau présente dans le sol (et dans l'air) nécessaire à cette fructification et à son "rendement".

De même on peut penser que le chaud-humide est favorable a cette activité...comme dans nos serres...mais c'est aussi un facteur favorable à de nombreux champignons dangereux pour nos arbres.

#12 pascal37

pascal37
  • Membres
  • 10 790 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Touraine
  • Zone USDA :8b
  • Formation :Autodidacte
  • Pays :France
  • Département :37

Posté 02 juin 2010 - 10:43

En revenant à la présence de mycorhizes dans nos pots, je pense qu'elle n'est pas systématique...même si le plant a été prélevé en nature (et que penser d'une marcotte réalisée et replantée dans du 100% minéral ?). ...des soins inadaptés peuvent rapidement détruire le(s) champignons mycorhiziens....ce qui n'empêche pas que l'arbre continue à vivre...mais avec des différences importantes par rapport a d'autres parfaitement mycorhizés....c'est d'autant plus vrai pour les ectomycorhizes qui développent un mycélium parfaitement visible (habituellement blanc...jaunâtre, brun-noir dans certains cas...) et que l'on ne retrouve pas systématiquement dans nos pots...contrastant avec les photos de formation de mycélium plus fréquentes chez les pins...ou de certains champignons poussant sur nos substrats qui trahissent la symbiose. Cependant de nombreuses espèces d'arbres végètent sans cette symbiose, d'autres finissent par dépérir.



.

#13 pascal37

pascal37
  • Membres
  • 10 790 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Touraine
  • Zone USDA :8b
  • Formation :Autodidacte
  • Pays :France
  • Département :37

Posté 07 juin 2010 - 17:59

* pour rester dans le visible: les arbres a ectomycorhizes présentent des racines courtes fortement ramifiées. lié à un arret de croissance du fait de la mycorhisation, mais surtout à la présence d'auxines libérées par les mycorhizes, dont l'IAA.(Elles secrètent aussi des gibberelines, des cytokinines et de l'ethylène). Les quantités d'IAA libérées sont variables d'une souche , d'un champignon a l'autre. Si elles sont insignifiantes, elles suffisent pour modifier la physiologie racinaire. La ramification du racinaire va induire une multiplication des racines courtes qui sont autant de points ou va s'établir la symbiose.

#14 -Tony-

-Tony-
  • Membres
  • 4 676 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Marguerittes
  • Zone USDA :9a
  • Pays :france
  • Département :30

Posté 07 juin 2010 - 20:46

Marrant comme tout est lié...mais il me semblait avoir lu dans un bouquin que les ectomychorizes provoquaient un arrêt de production des poils absorbants, le mycélium se fixant à ces endroits là, et qui ensuite jouait le rôle d'absorption des nutriments tout en décuplant le pouvoir d'absorption de ceux ci...la surface d'échange étant beaucoup plus grande.

#15 pascal37

pascal37
  • Membres
  • 10 790 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Touraine
  • Zone USDA :8b
  • Formation :Autodidacte
  • Pays :France
  • Département :37

Posté 08 juin 2010 - 09:59

...c'est exact! par convention on parlera de radicelles pour la compréhension.

...il est intéressant de noter que la libération d'IAA au niveau de la rhizosphère va influencer la structure racinaire bien avant la mycorhisation...et de nombreux végétaux vont bénéficier directement de la présence du champignon ecto...des études ont a ce sujet montré que la seule présence de champignons ecto suffisait au bouturage de nombreux plants, dont certains réputés difficiles...et que certaines espèces à endomycorhizes produisaient de la même manière rapidement des racines adventives en présence de champignon ecto. Certains auteurs pensent que la libération d'IAA est un processus préalable à la mycorhisation.

Cette multiplication des points d'ancrage va donc favoriser le contact du mycélium avec les radicelles. La mycorhization va s'opérer dans un premier temps dans la zone d'élongation de la racine courte, bloquant alors sa croissance et par la même la naissance de poils absorbants (la durée de vie de ces poils est extrêmement courte). La survie du plant hôte dépend alors en grande partie de la symbiose en place...ce qui n'exclut pas la croissance et le rôle normal des racines non mycorhisées.

#16 le géant

le géant
  • Membres
  • 139 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :48
  • Zone USDA :0
  • Pays :france
  • Département :48

Posté 08 juin 2010 - 12:12

c'est une question passionnante mais terriblement complexe pour un prophane, d'ailleurs n'est ce pas la maitrise de ces facteurs qui permet réellement de progresser?

et puis chaque essence dans l'absolu, prospère dans un mélange bien précis, ce faisant cela implique des dizaines de composition de mélanges...

quoiqu'il en soit, merci pour la somme d'infos!

#17 pascal37

pascal37
  • Membres
  • 10 790 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Touraine
  • Zone USDA :8b
  • Formation :Autodidacte
  • Pays :France
  • Département :37

Posté 08 juin 2010 - 13:41

...oui, c'est un domaine très complexe qui n'a pas encore livré toute ses subtilités.

#18 -Tony-

-Tony-
  • Membres
  • 4 676 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Marguerittes
  • Zone USDA :9a
  • Pays :france
  • Département :30

Posté 08 juin 2010 - 18:38

il est intéressant de noter que la libération d'IAA au niveau de la rhizosphère va influencer la structure racinaire bien avant la mycorhisation

Tu veux dire par là que les racines libèreraient des auxines avant même la présence de mychorizes ?

#19 pascal37

pascal37
  • Membres
  • 10 790 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Touraine
  • Zone USDA :8b
  • Formation :Autodidacte
  • Pays :France
  • Département :37

Posté 08 juin 2010 - 18:50

non pas les racines...le mycelium ! ;)

#20 -Tony-

-Tony-
  • Membres
  • 4 676 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Marguerittes
  • Zone USDA :9a
  • Pays :france
  • Département :30

Posté 08 juin 2010 - 19:05

ok.

Au fait, j'ai remarqué que sur les racines du Podocarpus, enfin le mien du moins, il y a des mycorhizes, ce sont de petites nodosités, différentes des mycorhizes du pin par exemple...mais cela reste des ectomycorhizes non ?


0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)