Aller au contenu


Photo
- - - - -

De l'esthétique du naturel...


  • Veuillez vous connecter pour répondre
314 réponses à ce sujet

#1 law

law
  • Membres
  • 4 771 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Saubusse
  • Zone USDA :0
  • Formation :OPEA

Posté 04 novembre 2006 - 22:36

A l'heure ou l'on mange du bonsaï naturel à la même allure qu'on avale des tomates bios dont on ne pourra jamais vérifier la véritable origine car nous ne serons jamais dans les champs pour contempler d'un regard aiguisé nos bons paysans les cultiver hors sol, sous serre dans de la fibre de verre... je m'interroge.


Ainsi lorsque j'entends le mot " naturel " en ce qui concerne le bonsaï je ne peux m'empécher de faire des bons. Hop Hop, tel un cabri sous extasy, nu dans un champ d'orties, un soir de pleine lune. Combien de fois n'ai je entendu cette fameuse phrase : " il faut que votre bonsaï ressemble à un arbre et non pas que votre arbre ressemble à un bonsaï " . Adage que l'on attribu courament à un certain Mr Naka. Admettons.

J'avoue avoir de plus en plus de mal à m'y retrouver là dedans. Comment ne pas y perdre son latin. Définir le naturel d'une chose totalement créée, codifiée et compartimentée par l'esprit humain me semble, un tant soit peu , antinomique.

Mais puisque on ne peut avancer dans une critique constructive sans argumentation je vais donc essayer de coimprendre, avec mes maigres moyens intellectuels. Pour ce faire j'ai pris un arbre au hasard, que j'avoue aimer beaucoup; que je qualifierais de bunjïn/Shakan, et qui est censé représenter le naturel.

Bonsaï à travers lequel je vois de nombreuses codifications empruntées aux arbres que l'on voit à la kokufu, des branches si parfaites qu'aucune aiguille n'en dépasse et une cime si ronde qu'elle ne ferait palir une coccinelle. Hors, même si j'apprécie cet arbre, je ne vois en lui, rien de ce qui pousse en montagne et dont l'anarchie des structures des branches, des aiguilles et du tronc n'égaleront jamais la perfection de ce bonsaï.

Alors je me dis que peut être , nous faisons tous, des bonsaï qui ressemblent à des bonsaï ...

A suivre

Miniature(s) jointe(s)

  • post_3716_1161889881.jpg

Ces cascades sont réalisées par des professionnels, nous déconseillons vivement tout un chacun de tenter de reproduire la chose sans l'assistance d'une personne ayant les connaissances requises pour les réaliser.


Quand on a les ongles qui poussent, les oreilles ne servent à rien.


#2 lanig

lanig
  • Membres
  • 3 611 messages
  • Zone USDA :8b
  • Pays :France
  • Département :35

Posté 04 novembre 2006 - 23:25

J'avoue avoir de plus en plus de mal à m'y retrouver là dedans. Comment ne pas y perdre son latin. Définir le naturel d'une chose totalement créée, codifiée et compartimentée par l'esprit humain me semble, un tant soit peu , antinomique.

La définition de W. Pall pour le "style naturel" est :

the finished tree in a pot is supposed to give the feeling of an impressive natural tree that was never touched by man.

Elle se tient et échappe au paradoxe précité.

Peut-être la lecture de ce fil sur AOB et de cet article de W. Pall peut être utile à la discussion proposée.
OT2 Logiciel libre pour la gestion de votre collection de bonsai. La version 1.1 est sortie.

#3 quatrefi

quatrefi
  • Membres
  • 2 317 messages

Posté 05 novembre 2006 - 00:54

Oui j'avais d'ailleurs été surpris en lisant la définition de WP sur son fameux style "naturalistic" il le définit comme justement "non naturel" le naturalistic est plus lié à une idée d'abstraction par rapport au naturel comme la peinture des impressionistes est une abstraction par rapport aux "impressions" données par la nature, je cite donc WP :

"They think that naturalistic styling is about just letting grow and edit here and there. It is called naturalistic because it is NOT natural. The trick is NOT to leave the piece of material almost as is and let nature do the styling. This is creating bonsai material. ‘Naturalistic’ means that the end result, the finished tree in a pot is supposed to give the feeling of an impressive natural tree that was never touched by man. It does not matter how this aim is achieved. In almost all cases this aim is achieved by very artificial means – not by nature! "

Traduction rapide : le style naturalistic signifie que le résultat (arbre dans un pot) doit donner l'impression d'un arbre majestueux qui pousse naturellement et qui n'a pas été touché par l'homme, peu importe comment l'on arrive à ce résultat, on y arrive souvent par des moyens très très artificiels, non par des moyens naturels.

Il s'agit bien d'un "leure" d'une abstraction de notre cerveau nous sommes dans la pure réflexion, intellectualisation, imagination...

Alors arrètons avec : le pin pousse comme cela, l'orme ramifie comme ceci...
Il s'agit simplement de faire "croire" que l'orme ramifie comme cela, une pure "abstraction"
Que l'on se serve de la façon dont l'orme ramifie pour arriver à son but, c'est un autre problème, la culture ça s'apprends et merci à ceux qui se donnent la peine de livrer leur savoir sur ce forum.

Par contre pour les bonsaïs qui ressemblent trop aux bonsaïs je suis d'accord, mais c'est plutôt une imitation trop systématique des bonsaïs déja vus en kokufu et autres expositions, un manque d'imagination de renouvellement.
Et l'arbre présenté ci-dessus a ce défaut (à mon avis bien sur) trop proche d'un "déja vu en bonsaï" même si techniquement parfait...
Même kimura que j'admire beaucoup fait des arbres que je trouve parfois trop "champigon nucléaire"
Certains arbres de W Pall, ont un style propre assez nouveau, pas trop kokufu, je pense intéressant de développer cette alternative

Voici quelques exemples :

http://internetbonsa...p;topic=18780.0

http://internetbonsa...p;topic=19910.0

http://internetbonsa...p;topic=19759.0

Rejoignez le "Paname Bonsaï Club" (best club in Paris ever*)
*Pour la pratique du Bonsaï.

 

http://www.facebook....anamebonsaiclub


#4 patrice jab

patrice jab
  • Membres
  • 2 644 messages
  • Sexe :Homme
  • Zone USDA :0
  • Pays :france
  • Département :30

Posté 05 novembre 2006 - 08:58

Salut,
Vous avez bien raison cet arbre à, pour l'instant, un aspect trop bonsaï.
Mais voilà sa première mise en forme à été accompli en 2000 en démo lors d'un congrès FFB. Comme je l'ai déjà dit finalement je n'étais pas très satisfait de mon travail, donc cet hiver je l'ai revu, changer sa face, religaturé et repositionné les branches, mais il garde encore les marques des premiers choix fait en démo.

Ce pin est loin, mais alors très loin d'être abouti, il est dans une ETAPE de travail, si je l'ai montré c'était pour créer une dicussion sur les remises en question que nous pouvons avoir lorsque l'on évolue en bonsaï.
Je ne suis toujours pas sûr de mon travail, mais par contre je sais que lorsque je l'aurai déligaturé, il reprendra un peu de naturel et avec le temps, j'espère il reprendra un aspect plus libre.

Maintenant je procéde différement dans la construction de mes arbres et je m'inspire bien plus de ce que je vois en montagne sur les arbres sauvages dans la façon de positionner les branches et la masse foliaire.
On est sur une voie, on recherche, on tâtonne, mais on essaie de respecter certains aspects qui nous semble importants ce que nous appelons l'esprit.

Peut être que Law, est au dessus de ça, il est peut être sûr de ses choix en bonsaï. Personnellement je ne crois pas que le coeur du bonsaï est une compétition et je suis toujours en recherche.

Quand à cet arbre, ses réflexions sont justes, par contre je ne suis pas d'accord avec le fait de dire que les arbres sauvages sont construits anarchiquement par la nature, car voyez vous, je travaille justement beaucoup sur ce sujet. Je prends de très nombreuses photos, principalement de pins sylvestre, de pins à crochets, de hêtre etc... C'est une grande leçon, la disposition des branches primaires, des masses foliaires, les cimes, tout est un grand enseigenement et je sais que cela me sera très précieux dans l'avenir.

Oui, choisir une voie où on laisse plus la place à l'arbre, à son fonctionnement naturel et construire des arbres avec un SENTIMENT plus naturel est pour moi devenu possible, car c'est une addition de petits détails dit naturels qui renforceront ce sentiment dans les arbres.
D'ailleurs les bois morts du pin cité plus haut sont entièrement créés selon la voie naturelle, sans gouge, ni outils électriques et sans liquide à jin et puis un ou deux rameaux (mais faut voir de près) commence à avoir un peu plus de naturel.
Ce n'est pas l'anarchie, ni laisser tout faire qui donne du naturel, il faut à une étape, bien construire un arbre, mais on peut par des petites touches, des petits détails, des apparements petits défauts discrets, apporter des éléments naturels dans un arbre.
Mais à mon avis, même si certain ne partage pas cela, nous sommes des débutants en bonsaï, car ce sera le temps qui passe qui fera la majorité du boulot associé à notre respect de la nature de l'arbre.
Mon but étant que l'on ne voit plus du tout au bout de beaucoup d'années mes interventions, mais est ce un rève!!!!!.

Patrice
www.patrice-bongrand.com

www.bonsai-arboretum.com

#5 mex

mex
  • Membres
  • 2 198 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Alpes du nord
  • Zone USDA :6
  • Formation :Bonsai Club du Léman
  • Pays :France
  • Département :Haute Savoie

Posté 05 novembre 2006 - 09:03

C’est vrai qu'actuellement on entend parler de bonsaï au naturel à toutes les sauces. On a l'impression qu'on a réinventé le bonsaï.

J’adore ce style comme bien d'autres mais ce que j'aime avant tout c'est qu'un arbre me surprenne et qu'il communique quelque chose… après qu’il appartienne à telle école ou autre, n’est que secondaire.

Ce qui me dérange aujourd’hui c’est que le style naturel a tendance à asphyxier les autres mouvements. Que certains travaux qui ont demandé tout autant de passion, de travail, subissent des critiques qui ne tiennent pas compte du travail ou de la recherche esthétique faite par ceux qui les ont travaillés.

Qu’un olivier ressemble à un pin dérange ? Pas moi, car on est tout simplement dans un domaine artistique. si on avait cette étroitesse d’esprit dans la peinture on serait resté au temps de l’impressionnisme et on serait passé à côté de gars comme Picasso

Pour que le style naturel prenne toute sa dimension, il a besoin que d’autres mouvances et qu’il évolue dans un domaine libre ou chacun a la possibilité de créer ce qu’il veut…

#6 drueed

drueed
  • Membres
  • 257 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :région des trois lacs
  • Zone USDA :7
  • Pays :ch
  • Département :ne

Posté 05 novembre 2006 - 10:07

...Qu’un olivier ressemble à un pin dérange ? Pas moi, car on est tout simplement dans un domaine artistique. si on avait cette étroitesse d’esprit dans la peinture on serait resté au temps de l’impressionnisme et on serait passé à côté de gars comme Picasso


personellement qu'un olivier ressemble à un pin ne me dérange pas tant que ça , cela peut être même un très bel arbre .. ce qui me chiffonne par contre c'est quand "tous" les oliviers ressemblent à un pin , au même pin dirais-je .

C'est ce qui me saute aux yeux ( de néophyte ) par exemple dans cette exhibition madrilène ici
sans parler des genèvriers ,ifs et autres qui on l'air de se partager la même frondaison ..

On pourrait aussi parler ici de cet artiste , américain je crois , qui "insère" des sculptures dans ses arbres ( à moins que ce ne soit des restes de barbie© ) et dont je ne retrouve pas le site .

Par contre la comparaison avec la peinture ne me parle pas du tout .. pour moi si le but est la recherche de nouveaux courants artistiques ou de nouvelles formes d'expression , l'utilisation d'êtres vivants ne me parrait pas être la bonne voie .. dans ce cas là pourquoi ne pas sprayer le feuillage en gris métalisé et le tronc en rose fushia ? ( en utilisant des peintures qui n'entravent pas la survie de l'arbre bien sûr ;) )
Ce serait très créatif.

Pour les lettrés chinois et japonais il me semble que la raison d'être du bonsai se trouvait dans la capacité de l'homme à retrouver ( ou communiquer avec ) la nature au travers d'un arbre mis en pot , donc accessible depuis notre monde d'humain ( ville maison jardin ) .
toutes les codifications de forme , tout les imperatifs de culture tendaient vers cette emotion , ce sentiment d'avoir un arbre vénérable devant soi , plus comme support philosophique ou méditatif que comme objet d'art.
tout ça pour dire , confusément , que l'argument de création pure ( cf picasso ) n'a , à mon avis , pas grand chose à voir avec l'art du bonsai tel que je le conçoit .

Si le but est de créer une oeuvre ( au sens occidental du terme ) là encore je ne comprends pas tout ces oliviers "formatés" que l'on peut voir sur le lien pré-cité , par contre je peux comprendre la démarche de cet artiste "incrustateur" même si je ne la partage pas .

c'était mon avis du dimanche matin , merci à ceux qui ont eu le courage de lire ma lénifiante prose jusqu'au bout .


Nicolas
On est tous le con de quelqu'un

#7 vev

vev
  • Membres
  • 4 161 messages
  • Ville :bordeaux 33000
  • Zone USDA :0
  • Formation :opea bruges 33000
  • Pays :TROP BIEN !!
  • Département :LOL !!!

Posté 05 novembre 2006 - 10:09

le bonsai est un objet culturel, on peut lui donner beaucoup de voies differentes , naturelles, extremement codifiées, extravagantes, personnelles...
mais nous les jugeons suivants des valeurs esthetiques, des valeurs culturelles
donc nos grilles de reference sont des grilles humaines, artistiques qui reagissent à des envies de nouveautés, d'étonnement, de sentiments..

je pense que l'on peux passer d'un mouvement à l'autre, de faire des travaux differents et qu'il n'y a pas de hierarchie dans les pratiques (un arbre de w.Pall est aussi beau qu'un arbre de Barber)
il n'y a pas de frein mais des envies differentes et surtout des arbres differents

pour les structures je suis d'accord avec Patrice sur les differences de prises d'espace et les modes de croissance des branches, "les formes dans la nature" de peter smith stevens est un bon exemple des recherches faites sur ce domaine, et je trouve ça passionnant car ça ouvre beaucoup sur l'observation...

et puis c'est une question de choix, quand au japon tu as des champs entiers de pins construit entierement à la chaine soit tu cherches la piece de la mort extravagante, differente , soit tu prônes un retour à un artisanat plus basé sur l'arbre
mais pour en reveler la beauté il faut de l'artistique

j'ai mis un dessin de Scott Mc Cloud tiré de "l'art invisible" edition vertige garphique
cette pyramide montre que le debat sur l'abstrait, le naturel, le langage est partout lorsqu'on fait...
a nous de se placer dedans et de jouer avec cette liberté de creation...

Miniature(s) jointe(s)

  • img139.jpg


#8 quatrefi

quatrefi
  • Membres
  • 2 317 messages

Posté 05 novembre 2006 - 10:33

Vev ce livre de scott mc cloud est excellent!
Une réflexion sur la bd, le récit l'abstraction.
Mais ton exemple est peu lisible (un peu petit)
Je vous recommande cette maison d'édition (vertige graphic) leur catalogue est excellent.

Pour répondre à Drueed, pour moi le bonsaï est une forme d'art (autant que la peinture par exemple) le fait de travailler avec du vivant est un challenge incroyable, mais il faut bien sur du respect pour ce vivant et on a pas envie de tout lui faire subir.

Pour répondre à Patrice, il est évident que prendre son temps, travailler par étape est primordial et je le remercie de nous pousser à travailler ainsi, il est certain que lorsqu'on a peu de bonsaïs et peu d'années de pratique on est un peu poussés à bruler les étapes pour "éssayer"
Ensuite utiliser ce que l'on voit sur les arbres est aussi très important puisque le but est de donner l'impression d'un vieil arbre, ces observations sont passionnantes...
Mais il ne faut pas oublier le rève, l'étonnement, il faut aller au delà de "l'imitation" lacher les chevaux!!!

Rejoignez le "Paname Bonsaï Club" (best club in Paris ever*)
*Pour la pratique du Bonsaï.

 

http://www.facebook....anamebonsaiclub


#9 TF12

TF12
  • Membres
  • 1 403 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Montpellier
  • Zone USDA :0
  • Pays :france
  • Département :34

Posté 05 novembre 2006 - 12:56

Bon je suis obligé ....

Le bonsai " naturel " n'est appelé comme ça qu'ici en europe . Et de plus il ne s'agit absolument pas d'un " nouveau style" d'une " nouvelle" ecole puisque ' au japon c'est justement la plus vieille .
Les japo ont commencé avec cet etat d'esprit dans le travail .....puis l'art a evolué vers plus d'abstraction , plus de fantaisie etc....et tous les styles ou ecoles que vous voulez .

Mais c'est comme tout , on revient souvent à ses premieres amours , et les japonais depuis quelques temps ( pour les plus jeunes ) car les vieux n'en ont jamais douté , reviennent ( tous ? presque ) vers plus de naturel . Ce qui ne veut pas dire moins de creation ....
( ceux qui confondent encore creation et naturel en bonsai devraient y reflechir : c'est bien de se poser la question , mais qui somment nous en europe pour remettre en cause un etat d'esprit du travail du bonsai enseigner par beaucoup de maitres japonais : susuki , kawabe , murata , kobayashi et meme kimura ( pour ceux qui en doutent : discutez avec eux et vous comprendrez qu'il y a une difference entree bonsai exibition et bonsai collection !!!) meme Kato ( pourtant si traditionnel dans ses croyances et son esthetique ) je vous propose un extrait d'une conference donnée à munich par kato:

..."il s'agit de respecter l'arbre et son individualité , de rechercher les points caracteristiques de l'arbre et de les mettre en valeur .....il faut se laisser inspirer par ce que la nature lui a donné......"

Etc , tout le discour est du meme ordre ...

Alors on peut ne pas aimer le style " naturel" mais douter de son bien fondé dans l'art du bonsai c'est douter de l'enseignement des japonais eux meme ....un peu d'humilité SVP!!!
" C'est parce que la lumiere va plus vite que le son , que certains parraissent brillants avant d'avoir l'air con ."
 
blog:  http://thierryfontsa...us-mahaleb.html

#10 pyrrho

pyrrho
  • Membres
  • 134 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Oloron Sainte Marie
  • Zone USDA :0
  • Pays :France
  • Département :64

Posté 05 novembre 2006 - 14:22

Comme j'adore mettre mes gros sabots dans la cour des artistes...
C'est un peu dommage que ce type de discussions esthétique, tout aussi intéressantes que celles sur les aspects de culture, tournent rapidement en opposition personnelle et que l'on y trouve rapidement des arguments d'autorités ...
Le bonsai, c'est un art, donc culturel. L'idée de "nature" est aussi extrèmement culturelle,au cours du temps, des lieux et même entre les différentes personnes 'ici' pas une n'aura la même définition de ce que c'est d'être naturel. Déja, avec tout ceux qui mettent l'homme en dehors de la nature et tout les hommes qui s'en exclue.
Et comme cela a été rappelé, faire naturel ce n'est pas être naturel. Et même si les japonais ont surement beaucoup d'expériences ils n'ont pas le monopole du sens artistique et ce qui est sur c'est que nous n'avons pas du tout la même conception du naturel qu'eux.
Un autre argument qui est bizarre, c'est de projeter son expérience, son chemin sur les autres. Quand quelqu'un dit, on peut essayer, ca et ceci et tester cela, mais à la fin on revient à la base, à la nature, à la simplicité. Est ce que cette démarche est vraiment le résultat de son expérience ou bien de son veillissement ? Ca me fait un peu penser à ces vieux qui ont fait les 400 coups étant ados, et qui ne supportent plus la jeunesse et ses excès passé la quarantaine ...

Sinon, j'aime bien les arbres simples, limpides que l'on dirait naturel mais aussi certains très sculptés, dansant. Je ne vois pas pourquoi pour des pseudoraisons philosophique je devrais aimer une seule approche.

#11 TF12

TF12
  • Membres
  • 1 403 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Montpellier
  • Zone USDA :0
  • Pays :france
  • Département :34

Posté 05 novembre 2006 - 14:57

Comme j'adore mettre mes gros sabots dans la cour des artistes...


qui est artiste ici ???? pour ma part je me considere comme un artisan , donc....!

C'est un peu dommage que ce type de discussions esthétique, tout aussi intéressantes que celles sur les aspects de culture, tournent rapidement en opposition personnelle et que l'on y trouve rapidement des arguments d'autorités ...


Nous n'avons jamais imposé ou voulu imposé une maniere de penser , ou de travailler , simplement on developpe un peu nos idées , et on essaye de faire passer le message aussi clairement et impartialement que possible...

Le bonsai, c'est un art, donc culturel. L'idée de "nature" est aussi extrèmement culturelle,au cours du temps, des lieux et même entre les différentes personnes 'ici' pas une n'aura la même définition de ce que c'est d'être naturel. Déja, avec tout ceux qui mettent l'homme en dehors de la nature et tout les hommes qui s'en exclue.


Encore une confusion : le "naturel" dans le bonsai ne fait pas forcement appel aux modeles d'arbres dans la nature , mais à LEUR NATURE , C-A-d leur façon de pousser , l'identification ne vient pas de leur forme dans la globalité , mais de details comme la ramification , l'ecorce , le bois mort ...etc....

Est ce que cette démarche est vraiment le résultat de son expérience ou bien de son veillissement ? Ca me fait un peu penser à ces vieux qui ont fait les 400 coups étant ados, et qui ne supportent plus la jeunesse et ses excès passé la quarantaine ..


nous n'avons jamais donné de leçons , quelle horreur !!! et ce serait bien manquer d'humilité .

Modifié par petit-arbre, 05 novembre 2006 - 18:36.

" C'est parce que la lumiere va plus vite que le son , que certains parraissent brillants avant d'avoir l'air con ."
 
blog:  http://thierryfontsa...us-mahaleb.html

#12 Invité_Hélène_*

Invité_Hélène_*
  • Invités

Posté 05 novembre 2006 - 15:58

Encore une confusion : le "naturel" dans le bonsai ne fait pas forcement appel aux modeles d'arbres dans la nature , mais à LEUR NATURE , C-A-d leur façon de pousser , l'identification ne vient pas de leur forme dans la globalité , mais de details comme la ramification , l'ecorce , le bois mort ...etc....


Est-ce si différent ? L'architecture d'un arbre dans un biotope favorable est inscrite dans ses gènes -à commencer par la façon dont les bourgons se répartissent sur les rameaux.

Je ne pense pas que pour créer un très bel arbre il "suffise" de connaître les mécanismes d'occupation de l'espace de son espèce, les accidents pouvant perturber ce mécanisme, la capacité de l'arbre à reconstruire son shéma par "réitérations", les processsus de sénescence particuliers à chacun, etc. Mais je suis convaincue que ça aide drôlement !!!...

#13 lanig

lanig
  • Membres
  • 3 611 messages
  • Zone USDA :8b
  • Pays :France
  • Département :35

Posté 05 novembre 2006 - 16:15

Encore une confusion : le "naturel" dans le bonsai ne fait pas forcement appel aux modeles d'arbres dans la nature , mais à LEUR NATURE , C-A-d leur façon de pousser , l'identification ne vient pas de leur forme dans la globalité , mais de details comme la ramification , l'ecorce , le bois mort ...etc....



C'est *une* défnition du naturel, non? Parce que celle que donne W. Pall correspond au contraire à celle de l'arbre dans sa globalité.

Tu es évidemment mieux placé pour en juger, mais il me semble que les Japonais ne constituent pas un groupe homogène quand à cet aspect. Quand je lis le bouquin d'Abe, j'y retrouve à la fois le soucis d'évoquer l'arbre sauvage dans sa globalité, le respect de "règles" destinées à "améliorer" le rendu graphique et assez peu le soucis de s'exprimer personnellement, ce qui est ama conforme à la position de la plupart des pratiquants des arts traditionnels japonais. Par contre, quand Kimura dit de ses arbres (je cite de mémoire son interview sur bonsaifarm) "C'est un objet qui exprime le sentiment, la sensibilité que je porte en moi", j'y vois plutôt une déclaration dans laquelle pourrait se reconnaître n'importe quel artiste, et qui me semble être aussi la position de law.
OT2 Logiciel libre pour la gestion de votre collection de bonsai. La version 1.1 est sortie.

#14 Invité_Hélène_*

Invité_Hélène_*
  • Invités

Posté 05 novembre 2006 - 16:38

Il me semble que l’art bonsaï tient beaucoup des arts narratifs (roman, film) : quand on construit un arbre, on raconte une histoire : voici un arbre qui a vécu en plaine ou en montagne, dans des conditions favorables ou non, dans une zone battue par un vent dominant ou non, fortement enneigée en hiver ou non… Compte tenu du schéma de croissance de l’espèce à laquelle appartient mon arbre, je le traduis par tel ou tel choix esthétique –dans la mesure où j’y parviens : on joue à deux et il vaut mieux faire de son arbre un allié qu’un adversaire dans cette construction.

L’histoire que le bonsaïka entreprend de raconter se déroulant sur plusieurs siècles, elle peut avoir des rebondissements inattendus : imaginons un chêne qui grimpe bien sagement dans une forêt primaire parmi ses congénères. En prenant de l’âge, il devient un repère et, à force de s’indiquer la direction à suivre d’un « Tu tournes au gros chêne », les hommes créent un chemin dont l’arbre devient balise. Puis, sous la pression démographique et l’évolution du droit, on essarte autour de lui, en préservant cet arbre remarquable qui permet de se repérer à une époque où on ignore tout du GPS. Voici notre chêne à tous vents. Et pas particulièrement préparé à affronter ces nouveaux ennemis. Pour luter contre le paganisme qui pourrait inciter les paysans à vénérer ce bel arbre, l’Eglise ordonne l’érection d’un oratoire dévoué à un saint local. Voilà que survient une guérison inespérée qu’on attribue au bienheureux et, pour accueillir les pèlerins, on construit le bourg de Saint Machin. Notre chêne en orne la place unique puis principale, les roues des charrettes lui écrabouillent les racines les jours de marché. Nettement plus tard, on bitume l’aire lui préservant un espace très réduit par lequel l’eau parvient à s’écouler jusqu’à ses racines. Parfois, un automobiliste maladroit termine son créneau dans l’écorce fissurée par les incendies, les bombardements, les gelées importantes que l’arbre n’a pas manqué de rencontrer.

Pour le romancier qui entreprend une telle saga, il convient de bien connaître le caractère de son héros : comment réagira-t-il à telle agression ? à tel changement brusque dans son mode de vie ? Certes, on peut écrire un très mauvais roman en « faisant de la psychologie ». Mais, personnellement, je n’apprécie pas non plus quand je ne crois pas du tout aux réactions du personnage principal !

Voilà, AMHA, à quoi sert l’étude de la nature : à raconter une histoire pas trop invraisemblable. Après, si certains aiment l’invraisemblance, libre à eux de construire des feuillus comme des conifères. Personnellement, je n’aime pas. Mais ça n’engage que moi.

#15 quatrefi

quatrefi
  • Membres
  • 2 317 messages

Posté 05 novembre 2006 - 18:14

Ce qui est amusant Hélène c'est que dans ton histoire de chêne dans la nature tu fais intervenir l'homme, ça semble logique d'ailleurs, comme quoi les arbres poussent rarement en paix...

Il faut un scénario pour chaque arbre?

Un orme (appelons le Pépette) a poussé tranquillement dans les champs, petit les vaches ont brouté son tronc qui a un mouvement prononcé, soudain le glissement des plaques tectoniques le fait passer à 2000m, couvertes de neiges ses branches s'affaissent, il résiste bravement une saison et d'un coup le réchauffement de la planète mal géré par les nations unies fait fondre la neige et remonter les températures, l'orme est en pleine forme et ressemble à un conifère, de plus des groupes de singes (qui ont remplacé l'homme) vivent sur ses branches secondaires et s'amusent à les tordre dans tous les sens, Pépette est un formidable orme naturel qui ressemble à un bonsaï sculpté par Kimura! ;)

Rejoignez le "Paname Bonsaï Club" (best club in Paris ever*)
*Pour la pratique du Bonsaï.

 

http://www.facebook....anamebonsaiclub


#16 Invité_Hélène_*

Invité_Hélène_*
  • Invités

Posté 05 novembre 2006 - 18:16

:newsm_8:

#17 TOKONABUS

TOKONABUS
  • Membres
  • 923 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :06 ALPES MARITIMES
  • Zone USDA :10
  • Formation :bonsai club de Monaco
  • Pays :france
  • Département :06 Alpes Maritimes

Posté 05 novembre 2006 - 19:04

Ce qui est amusant Hélène c'est que dans ton histoire de chêne dans la nature tu fais intervenir l'homme, ça semble logique d'ailleurs, comme quoi les arbres poussent rarement en paix...

Il faut un scénario pour chaque arbre?

Un orme (appelons le Pépette) a poussé tranquillement dans les champs, petit les vaches ont brouté son tronc qui a un mouvement prononcé, soudain le glissement des plaques tectoniques le fait passer à 2000m, couvertes de neiges ses branches s'affaissent, il résiste bravement une saison et d'un coup le réchauffement de la planète mal géré par les nations unies fait fondre la neige et remonter les températures, l'orme est en pleine forme et ressemble à un conifère, de plus des groupes de singes (qui ont remplacé l'homme) vivent sur ses branches secondaires et s'amusent à les tordre dans tous les sens, Pépette est un formidable orme naturel qui ressemble à un bonsaï sculpté par Kimura! ;)




Bravo quatrefi :newsm_12:

vraiment super t'a définition :newsm_15:

alors Kimura forme des Pépette :newsm_8:

Amical TOKO :PB143:
les sages prennent plaisir aux rivières et aux lacs, les vertueux aux montagnes;les sages sont constamment actifs,les vertueux immobiles

#18 Invité_Blackecko_*

Invité_Blackecko_*
  • Invités

Posté 06 novembre 2006 - 13:39

Pour moi, l’art de bonsaï : c’est raconter un arbre. Pour raconter cette histoire, qui doit avoir une fin heureuse, c’est à dire un bel arbre, on a à notre disposition : notre culture, notre connaissance esthétique et technique, notre sensibilité et notre tallant.
Le résultat de ce travail doit être beau. Chacun à sa propre définition du beau, je n’ai besoin de personne pour m’expliquer ce qui est beau ou pas.
Ce « beau » certain le voit dans du naturel d’autres dans du plus artistique, ou d’autres éléments.
Beaucoup m’apprendrons les techniques, l’esthétisme codifiés, mais personne ne peut m’apprendre ce qui est beau, même ceux qui pratiquent l’art du bonsaï depuis des siècles. Nous n’avons pas la même culture, je les écoute je les lis je les respecte, mais la beauté est subjective et personnelle.
Voulez vous copier ou créé ?
Un olivier déguisé en pin, c’est parfois très jolie car le déguisement est bien fait, mais carnaval, ce n’est qu’une fois par ans ….

#19 mex

mex
  • Membres
  • 2 198 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Alpes du nord
  • Zone USDA :6
  • Formation :Bonsai Club du Léman
  • Pays :France
  • Département :Haute Savoie

Posté 06 novembre 2006 - 14:08

:newsm_15:

si tout le monde osait répondre à ce sujet on se rendrait vite compte que la notion de beauté est très différente pour chacun d'entre nous... elle depend de nombreux paramètres, tels que notre degré d'éducation "bonsaï", de notre sensibilité, des nos états d'ames du moment, etc, etc...

quand TF06 dit que l'on finit toujours par revenir à la base qui est le naturel. je le crois, car c'est comme la vie plus on avance plus on revient à des notions "vraies" en phase avec la nature, la vie, la mort. mais seule la maturité nous apprend cela. et maturité se résume avec de mots comme découvertes, erreurs, joies, peines, chemin de traverses, etc... bref c'est une quête...à chacun la sienne !

#20 jepator

jepator
  • Membres
  • 698 messages
  • Sexe :Homme
  • Ville :Limoges 87
  • Zone USDA :8a
  • Formation :Bonsai club du limousin
  • Pays :france
  • Département :87

Posté 06 novembre 2006 - 20:23

:newsm_15:


quand TF06 dit que l'on finit toujours par revenir à la base qui est le naturel. je le crois, car c'est comme la vie plus on avance plus on revient à des notions "vraies" en phase avec la nature, la vie, la mort. mais seule la maturité nous apprend cela. et maturité se résume avec de mots comme découvertes, erreurs, joies, peines, chemin de traverses, etc... bref c'est une quête...à chacun la sienne !


C'est exellent ce que tu dit, je pense comme toi que chacun a sa quête. Et comme toute quête si elle est bien menée elle abouti vers la même chose, l'acceptation de l'impossiblité d'atteindre ce qui est recherché au départ. Ce qui fait un point commun à toutes les quêtes. Au final on revient comme tu le dit au choses vraies , naturelles.
Bonsai Club du Limousin

le questionnement de l' éleve est plus important que la réponse du maître


0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)