Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

Une cascade - sans Remy Julienne - par Oliviermtd

Ou comment agrémenter son jardin avec une ambiance de montagne.

Tout d’abord, il faut une idée !
Oliviermtd et sa compagne n’ont pas étés, sur ce coup, à cours d’inspiration.

Pour cette réalisation, point de poisson, de gros bassin, simplement un cours d’eau qui agrémente un coin de terrasse, grâce à la végétation et au bruit de l’eau qui coule.

L’idée étant lancée, voilà que se profilaient de nombreuses questions :
- Quel volume devrait avoir le bassin de retenue, le manque de place étant limitant ?
- Qu’elle pompe utiliser, en fonction de la longueur du tracé, etc ... ?

Ne se laissant pas démonter, Oliviermtd est allé chercher les renseignements nécessaires auprès d’un professionnel.
Selon ce dernier pour un trajet de 2 m par 50 cm de large le bassin de retenue devait au minimum contenir 500 à 600 litres, notamment à cause de l’évaporation de ce type de réalisation.

Mais tous les doutes n’étant pas levés, le test par la mise en pratique fut la méthode utilisée !

Le jardin avant aménagement avec l’ancienne terrasse
La cascade est située à l’endroit du bac en rondin.

Donc c’est parti ... Commençons par le début : La cascade

Elle est constituée, comme le montre sa face arrière sur la photo ci-dessous, de parpaings cimentés entre eux afin de stabiliser le tout.

Sur la face avant, Oliviermtd cimente le premier jet de ce qui sera le tracé de la cascade.
Avec du recul, il s’avéra que les rebords de la rivière n’étaient pas assez haut, car le lit de la rivière est surélevé par les cailloux disposés au fond pour cacher la bâche. Donc Oliviermtd a dû rehausser les rebords sous la bâche.
Deuxième point qui a dû être repris, le deuxième saut de la cascade pour que l’eau s’écoule mieux.

A ce stade, c’est à dire deux jours de travail à la bêche et brouette, 35 sacs de 25 kg de sable et ciment ont été utilisés.

La vue d’ensemble avec la terrasse et le jardin.

L’étape de la mise en place de la bâche est arrivée ... et que de surprises.
Oliviermtd se rend compte que le tracé est un peu ambitieux, du coup les plis de la bâche doivent être bien gérés pour que l’écoulement se fasse au mieux et pour éviter les fuites. Surtout que pour éviter tout risque de fuites, Oliviermtd a choisit de poser la bâche d’un seul tenant, sans aucun joint. Imaginez la manipulation des 8 mètres de bâche nécessaires ...

Puis les premiers rochers et cailloux sont placés.

Aux endroits stratégiques, les pierres sont cimentées pour plus de stabilité.
La chute d’eau présentait quelques difficultés, notamment pour le camouflage de la bâche à cause de sa largeur et de sa verticalité.
Mais Oliviermtd a pu grâce à Internet trouver un revendeur de pierres qui proposait des plaques de fond d’aquarium. Ce sont des plaques constituées d’un mélange de résines, graviers et pigments qui imitent la pierre et qui sont de ce fait plus facile à découper que les plaques de schiste que notre bricoleur avait initialement repérées.

Autre voyage, autre approvisionnement. Il s’agissait également d’aménager les rebords de la cascade et de la rivière. Pour se faire Oliviermtd a glané chez un autre fournisseur des rochers de moraine de bonne taille, entre 40 et 60 kg.

Voici l’habillage primaire de la cascade et de la rivière achevé !
En tout, Oliviermtd a utilisé plus de 2 tonnes de pierres ... donc n’oubliez les deux règles fondamentales du bâtisseur de rivière selon Oliviermtd :

- Règle numéro 1 : on n’a JAMAIS assez de cailloux !
- Règle numéro 2 : on sous-estime TOUJOURS la règle numéro 1 !!!

L’heure de la mise sous eau arriva, grâce à un weekend pluvieux. Le suspens était à son comble, car de cette réussite dépendait l’apéro du travailleur ... et oh ... miracle tout marche, pas de soucis de trajectoire, débordement, etc ...

Prochaine étape : L’habillage final de la rivière et du bassin.

Comme vous avez pu le remarquer, la rivière traverse le jardin d’un bout à l’autre, suite à l’agrandissement de la rivière et du bassin.
Donc pour garder les pieds au sec, Oliviermtd a rajouté des ponts en bois. Il fallait les installer avant de terminer l’habillage de pierre, car leur positionnement était déterminant pour le placement des gros rochers restants.

Ceci fait, l’aménagement du reste de la rivière pouvait se poursuivre, sauf que .... Ben oui quand tout est fini, c’est tellement plus drôle de tout recommencer !
Les pierres mises à fleur d’eau sur les berges ne camouflaient pas de façon optimale la bâche. Pour rectifier ce problème Oliviermtd a eu l’idée de faire une marche sur le bord afin d’y placer les pierres, comme le montre le schéma ci-dessous.


Grâce à cette marche et aux reflets de l’eau, la bâche devient quasiment invisible.


A ce stade le plus gros est réalisé, il ne reste que les détails et bien sûr l’habillage des contours de la rivière et du bassin avec les plantes de rocailles.
Oliviermtd ne savait pas si les plantes aquatiques s’avèreraient nécessaires. Au final trois furent plantées à l’endroit le plus calme du bassin, surtout pour oxygéner et filtrer l’eau.

Données techniques :
Longueur de la bâche = 8m
Longueur de l’ensemble = 4 m
Longueur du bassin = 3 m
Profondeur maximum du bassin à l’arrivée du cours d’eau = 60 cm
Pompe : Pondeco 3500 - débit : 3600 l/h

Pour finir : quelques photos générales pour apprécier ce magnifique coin de terrasse :





Je vous laisse découvrir les aléas du travail de bâtisseur de rivière sur le forum.

La rédac

haut de page