Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

Réalisation d’un bassin par Penjing

Il était une fois un administrateur du site Parlons Bonsaï répondant au pseudo de Penjing qui, poussé par une raison mystérieuse, s’est lancé tout à coup de manière frénétique dans la réalisation d’un bassin dans son jardin. Sans doute le résultat d’un sortilège, d’un acte de sorcellerie... qui sait.... lui seul pourrait répondre à cette question.....

Tout a commencé en cette belle matinée de septembre par l’utilisation d’un tuyau d’arrosage pour déterminer le futur tracé du bassin.

Vue de la chambre :

Après de multiples déplacements de ce tuyau en fonction de l’inspiration du moment ou du lieu d’observation, il a finalement décidé d’utiliser du plâtre pour dessiner les contours. Le tracé a subi de nombreuses modifications, provoquées en partie par l’intervention de la Dame du Sieur Penjing répondant quant à elle au doux pseudo de Nénuphar.

Nénuphar trouvant l’idée d’un petit pont pour aller d’un bord du bassin à l’autre tout à fait charmante, le tracé est donc réalisé en conséquence, à savoir plus étroit sur une partie du contour.

La vue depuis la porte fenêtre de la maison :

A l’aube d’un nouveau jour, un drôle d’animal fait son apparition dans le jardin du Sieur Penjing.

Une mini-pelle est donc à pied d’oeuvre.

Ce sont 50 cm de terre qui sont enlevés sur toute la surface du tracé :

Ensuite, deux parties plus profondes sont creusées, une de 1,30m et une de 1m, situées aux deux extrémités.

La mini-pelle déverse la terre (très sableuse car c’est l’ancien lit de la Loire) dans un petit camion qui va ensuite la reverser chez le voisin, tout content de profiter de l’aubaine.

A midi, la première fosse est quasiment terminée.

Ce sont environ 25 m3 de terre qui ont été enlevés :

Ensuite, il faut prendre la pelle pour les finitions (une première marche à 30-40cm de profondeur selon les endroits, pour les plantes).

Et après une dure journée de labeur et de douleurs et courbatures diverses pour Penjing, le trou est terminé :

Longueur 11 m ; largeur 4 m à l’endroit le plus large.

Vue de l’est :

Vue de l’ouest :

A l’aurore, en ce deuxième jour, Sieur Penjing piaffant d’impatience en attendant les renforts, installe le feutre devant servir à protéger la bâche :

Les renforts étant arrivés, ce sont donc 3 personnes qui installent la bâche en la faisant bien déborder sur tout le pourtour :

Cette opération à peine terminée, le remplissage peut commencer ; un tuyau avec l’eau du puits et un autre avec l’eau courante. Cette dernière contenant du chlore, il faudra attendre qu’il se soit évaporé avant d’installer les poissons dans leur nouveau domaine :

La mise en eau s’est étalée de 11 h 00 à 18 h 00 :

Vue de la chambre :

Le premier remplissage achevé, le surplus de feutre et de bâche doit être coupé :

C’est par cette opération que débuta le troisième jour, en prenant cependant soin d’en laisser 30 cm sur le pourtour :

Ensuite les bords sont rabattus en utilisant de la terre mise de côté lors du creusement et le reste de la bâche est également recouvert avec de la terre, de façon à créer un petit rebord destiné à éviter les débordements en cas de pluies abondantes :

Puis le tout est recouvert par les pierres ramassées dans la Loire ces dernières années :

Le résultat à la fin du troisième jour :

Le transfert du contenu du petit bassin qui avait été réalisé plusieurs années auparavant peut s’effectuer :

Iris des marais, plantes aquatiques diverses, nénuphars, escargots d’eau, moules de Loire et poissons rouges bien sûr ont intégré leur nouvel habitat :

Quant aux grenouilles, elles se sont déplacées seules. Serait-ce celle-ci la responsable de cette réalisation aussi soudaine qu’inattendue ?

Quelques photos d’ambiance :

S’il faut généralement 2 ans pour qu’un bassin de ce type soit parfaitement intégré à son environnement, Sieur Penjing espère aller un peu plus vite :

Il ne reste plus qu’à installer le petit pont si cher au coeur de Dame Nénuphar, une planche de chêne de 4 m de long, 45 cm de large et 7 cm d’épaisseur :

Un ami menuisier a été sollicité pour effectuer les finitions :

Le petit pont, dans sa position définitive, avec un petit chemin en pierre de Loire venant de la terrasse :

Le bassin dans la brume, un matin d’automne :

Voici la preuve que certains sortilèges peuvent donner lieu à de superbes réalisations.


L’équipe des rédacteurs fous

Vous pouvez retrouver l’intégralité du sujet sur le forum.

haut de page