Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

Le tamisage des substrats

La qualité principale d’un bon substrat pour bonsaï est d’être exempt de particules fines, pouvant s’agglomérer et créer ainsi une "boue" retenant l’eau dans le pot. L’excès d’humidité provoquant la pourriture des racines, on tâchera d’éliminer ces particules fines à l’aide d’un tamis, et on en profitera pour séparer les différentes grosseurs de grain du substrat. Pour cela on utilise un tamis d’importation japonaise composé de trois grilles, de mailles de 3, 6 et 10 mm, mais un ou plusieurs tamis de maçon peuvent faire l’affaire.

Le substrat utilisé dans cet article est la pumice, mais le principe est le même pour tout autre substrat.

Nous avons donc au départ notre substrat composé de "tout venant", c’est-à-dire dans lequel différentes granulométries sont mélangées, comme dans la photo ci-dessous.

Il faut en premier lieu séparer la grosse granulométrie du substrat. Celle-ci servira pour le drainage des fonds de pot. Pour cela il faut utiliser la grille de 10 mm du tamis.

Une fois le substrat tamisé, on obtient dans le tamis les gros grains à garder,

et en-dessous un nouveau substrat exempt de gros calibre, prêt à être tamisé une nouvelle fois, à la granulométrie inférieure.

Maintenant, nous devons placer la grille moyenne de 6 mm dans le tamis,

et y passer le substrat obtenu précedemment. Seuls vont rester dans le tamis les grains compris entre 6 mm (calibre du tamis actuel) et 10 mm (calibre utilisé avant). Cela donne ça :

Ensuite, il faut utiliser la grille fine de 3 mm

pour tamiser le substrat récupéré sous la grille précédente. Le résultat de ce tamisage est une granulométrie de 3 à 6 mm, que vous pouvez voir sur la photo suivante :

A cette étape, vous pouvez jeter les particules fines ainsi obtenues, mais en ce qui me concerne, je tamise une fois de plus avec des mailles encore plus fines (environ 0,5 mm),

cela me permet d’obtenir une granulométrie supplémentaire de 0,5 à 3 mm, très utile pour les semis ou les boutures.

Quant au "sable" obtenu, il me sert aussi lors de compositions sur roches ou en mélange pour kusamono.

Ainsi, nous avons "créé" trois granulométries pouvant être utilisées lors de nos rempotages :

- du substrat supérieur à 10 mm pour le drainage
- du 6 à 10 mm pour les gros sujets ou pour les arbres en phase de culture
- du 3 à 6 mm pour les bonsaï établis

plus un substrat à semis de 0,5 à 3 mm et du sable à usages multiples. Rien n’est perdu !!!

haut de page