Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

La poubelle pour le diner - par Walter Pall

Les propos ci-dessous expriment l’opinion de l’auteur, un artiste bonsaï mondialement reconnu. Ils n’engagent que lui...

Je ne lis pas tellement les forums de cuisine et je ne sais pas vraiment ce qu’il s’y passe. Y a-til souvent quelqu’un qui décrit ceci ? :

J’ai été récemment à la décharge municipale et j’ai accumulé un tas de choses qui pourraient potentiellement faire un bon repas. J’ai invité mon chef et sa femme à diner ce soir et je vous demande votre meilleur conseil pour préparer un diner magnifique avec ce que j’ai.

J’adorerais lire les réponses !

Vous me trouvez cynique ? Et bien, cela arrive chaque jour en bonsaï.

Pour quelques obscures raisons, une partie des gens pense que l’art du bonsaï consiste à créer des chef-d’oeuvre à partir de déchets. La réalité est que l’art du bonsaï consiste avant tout à apprendre à juger et sélectionner le meilleur matériel végétal possible.

Parfois, cela peut même venir de la décharge, mais ce devra encore être un bon matériel, tel qu’un maitre pourrait le juger très rapidement. Si un débutant tente sa chance avec un déchet, invariablement il échouera.

Pourquoi faut-il que les gens économisent 15€ sur l’achat d’un arbre correct et passent ensuite des heures et des heures à travailler des arbres pathétiques ?

Avec un emploi honnête, il devrait être possible de toucher 8 à 40€, et souvent plus, par heure de travail. Combien de temps passe-t-on à travailler sur un arbre année après année ? 10 heures ? 100 heures ?

Mon équation est donc simple : prenez le nombre d’heure que vous pensez travailler sur cet arbre dans le futur, et multipliez-le par votre taux horaire. Le résultat est une somme conséquente à dépenser dans un matériel brut, afin de dépenser votre temps de la manière la plus utile.

Je dépense la majorité de mon temps, de mes efforts et de mon argent à acquérir la bonne "sorte" de matériel végétal. Le meilleur est juste assez bon. Et ensuite les gens me demandent quoi faire avec ce qu’ils ont sauvés des déchets - et cerise sur le gâteau, ils veulent une réponse polie !!

Pour moi, cela dépasse le "politiquement correct". Quelqu’un doit le leur dire. Ce que je fais !

haut de page