Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

Fabrication de pots en papier-ciment

L’ATELIER DE FABRICATION DES POTS EN PAPIER-CIMENT AU MUSÉE DE BIOT

Sous l’initiative de Cram, un atelier de fabrication de pots en papier mâché et ciment a eu lieu au musée du bonsaï à Biot, atelier animé par Hrvat le 16 mai 2009.

Hrvat a pour métier de former les maçons à Antibes pour construire des murs et des routes. L’idée de construire des pots en papier mâché et ciment vient d’un site croate.

Site croate 1

Site croate 2

Préparation du papier mâché

Pour préparer le papier mâché, il faut découper des journaux et des cartons en tous petits morceaux. Attention, il ne faut pas prendre de papier glacé. On mouille le papier progressivement jusqu’à l’obtention d’une pâte et il faut le battre.
Hrvat a adapté sur une perceuse un système spécial s’apparentant à un mixeur pour mieux battre le papier mouillé.

Une perceuse standard ne résistera pas à ce genre de travaux.

On peut utiliser ce mélange seulement après 48 heures de macération.

Pour conserver ce papier mâché pour un temps très long, si par exemple la fabrication des pots ne va pas avoir lieu dans les jours qui viennent, il suffit de verser une cuillère à soupe de vinaigre blanc dans cette préparation.

Fabrication ou récupération de moules

Aucune pièce fixe ne doit rentrer à l’intérieur du moule sinon le démoulage sera impossible

Moules récupérés : saladiers en plastiques, emballages, barquettes, … il s’agit de repérer les nombreuses formes parfois originales dans les objets de la vie courante, d’imaginer le résultat pour un pot et d’essayer !

Voici quelques exemples :

Fabrication de moules en bois ou autre matériau, éventuellement avec de la ficelle.

Si l’on veut obtenir une forme de pot comme celle du schéma à gauche, on peut utiliser des petites plaques de bois et de la ficelle pour les creux arrondis.

On peut aussi utiliser des corniches en polystyrène ou en bois ou en autre matériau. Attention, si on utilise des tiges en bois, il faut impérativement traiter ce bois avec du SikaLatex car la tige se déformerait avec l’eau du mélange.

Moulage des pieds grâce à un tapis de mousse

On découpe l’empreinte des pieds dans un petit tapis de mousse dont l’épaisseur est égale à la hauteur des pieds souhaitée.


Il ne reste plus qu’à coller des corniches pour les bords du pot à l’aide d’un pistolet pour colle à chaud.


Une autre possibilité est de créer les pieds à part en ciment et farine, et de les coller au pot créé ensuite.

Fabrication d’un moule pour pot à cascade avec motif en creux

Toute la difficulté ici est d’avoir en motif en creux alors qu’aucune pièce fixe ne doit rentrer à l’intérieur du moule. Comment faire alors ?
Encore une fois, Hrvat a trouvé une solution simple : il s’agit tout simplement de visser de l’extérieur du moule des plaques de bois à l’intérieur du moule, qui marqueront les creux.

Lorsque le mélange aura séché, il suffira alors de dévisser ces plaques pour pouvoir démouler.

Clonage de pots existants grâce à du plâtre et de la filasse.

On recouvre la surface extérieure du pot de vaseline.

La première couche est composée d’un mélange de plâtre et de beaucoup d’eau. On mélange avec un pinceau et on applique une très fine couche sur l’extérieur des pots à l’aide du pinceau.

On prépare ensuite de la filasse, qu’on trouve normalement dans les magasins de bricolage au rayon cheminée.

On prépare une mixture composée cette fois-ci de beaucoup de plâtre et de peu d’eau. On trempe la filasse dans ce mélange et on pose la filasse plâtrée sur le pot en guise de deuxième couche.

On lèche sécher une heure avant de démouler.

Voici ce qu’a obtenu Liscarabee en utilisant cette technique :

Dans tous les cas :
De la vaseline sera méticuleusement appliquée au pinceau sur toute la surface intérieure du moule pour faciliter le démoulage.

La recette du mélange

Le mélange sera composé de 50% de ciment, soit de ciment gris, soit de ciment blanc mais pas de mélange des deux. L’autre moitié du mélange sera composée de papier mâché, ou de sable ou encore d’un mélange de papier mâché et de sable selon les effets et la légèreté voulue.

Un pot créé avec un mélange fait exclusivement de ciment et papier est bien plus léger qu’un pot créé avec un mélange fait exclusivement de ciment et de sable.

Il faut faire bien attention d’essorer le papier mâché avant d’incorporer le ciment sinon le mélange sera trop liquide. Le papier et le sable permettent au mélange de ne pas se fissurer ou éclater en séchant comme ce serait le cas avec du ciment seul.

Application du mélange

Il faut mettre le mélange en premier dans le moulage des pieds, puis compresser fortement avec un tasseau.

Ensuite, on applique une couche épaisse dans le fond et sur les parois du moule et on compresse avec une cale en bois parallélépipédique sauf quand les bords sont arrondis auquel cas on compresse avec le manche arrondi d’une truelle.

Hrvat nous a donné une astuce et s’est fabriqué un outil très simple pour vérifier le niveau de l’épaisseur de la couche appliquée : il s’agit d’une vis creuse et d’un clou de même diamètre que le creux. Il suffit d’ajuster le clou dans la vis pour garder un niveau de référence constant.

Pour créer les trous de drainage, on utilise tout simplement le doigt.

Cas particulier du pot coquille ou pot cuillère

Contrairement aux pots précédents qui nécessitaient un moule extérieur, le pot coquille nécessite lui un moule intérieur. Ce moule en fait est un ballon de rugby ou un ballon d’enfant.

Si l’on veut un fond lisse, on posera le mélange ciment + papier mâché (ou sable) sur une planche de contreplaqué, puis le ballon par-dessus et on appliquera une couche du mélange cimenté par-dessus le ballon.
Si l’on veut un fond plus naturel, on remplacera la plaque de contreplaqué par du sable.

Pour démouler, il suffira de dégonfler légèrement le ballon.

Finition et coloration

Il faut prévoir d’avoir à sa disposition du SikaLatex qui est une résine nécessaire pour obtenir de l’adhérence et de l’étanchéité.

Pour colorer l’extérieur du pot, on peut bien entendu utiliser différents pigments mais Hrvat nous conseille plutôt d’utiliser du ciment-joint pour salle de bain coloré.

Hrvat nous a expliqué que la teinte dans la masse consommait beaucoup de colorant très onéreux, ce qui diminuait beaucoup l’intérêt du pot ciment/papier puis il a démontré qu’une teinte Sika/pigment donnait de très bons résultats à condition de forcer les teintes. Il y aura 40% de perte d’intensité de la couleur d’après lui.

Voici un des pots fait à Biot par Fab83 :

après démoulage :

debut de ponçage, ici surfaçage du haut du pot ( planche + scotch double face + papier verre) :

puis trois ponçages successifs et finition avec du joint fin pour carrelage couleur terre + SikaLatex pour hydrofuger le tout :

En conclusion

Nous avons tous pris plaisir à prendre part à cet atelier qui s’est déroulé, vous vous en doutez, dans la joie et la bonne humeur, sans compter l’abondance de nourriture et de boissons.

Nous avons découvert cette façon de créer des pots grâce à Hrvat qui s’est révélé être un très bon pédagogue, un excellent artisan et une personne chaleureuse à l’humour infatigable.
Cette technique est très intéressante pour stimuler notre imagination pour créer des pots originaux et à très bas prix, ce qui permet de ne pas hésiter à mettre la main à la pâte (de ciment et papier !!!) pour faire de nombreux essais. Bien entendu, il ne s’agit pas ici de dupliquer des tokoname !

Nous vous encourageons tout un chacun à essayer cette technique … et à faire un tour au musée du bonsaï de Biot où Karol Okonek et Cram sauront vous faire un bon accueil.

Photos de Imadjinn, Liscarabee, Fab83, Hrvat et Mahatma.
Schémas et dessin de Mahatma.

Le sujet sur le forum (atelier)

Le sujet sur le forum (la technique)

haut de page