Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

Comment choisir un arbre en pépinière

Comment choisir un arbre en pépinière ou en jardinerie ?

Suivez le guide


Pourquoi acheter des arbres en pépinière ?

L’achat d’un arbre pour un débutant est un moment important. Il est difficile de choisir quand on ne sait pas comment s’y prendre pour former un bonsaï. Vous pouvez lire dans un autre article que l’achat de bonsaï en grande surface est une des plus mauvaises options pour débuter. Les arbres y sont gardés dans des conditions totalement inadaptées. A tel point que la plupart d’entre eux finissent par mourir quelques semaines seulement après leur achat.

L’achat d’un arbre en pépinière ou en jardinerie est de ce point de vue beaucoup plus satisfaisant. Mais ce sont des arbres sur lesquels il y a tout à faire. Difficile donc d’entrevoir le futur de l’arbre et de s’imaginer le bonsaï qu’il peut devenir.

Avec un peu de méthode tout le monde peut acheter ce genre de plants et satisfaire sa passion à moindres frais.

Les premiers pas

Vos premiers pas vous ne les ferez pas à la pépinière, comme vous auriez pu le penser, mais sur internet et dans les livres et autres revues sur le bonsaï. Car il est primordial de choisir des arbres qui d’une part sont adaptés à la culture en bonsaï et d’autre part adaptés au climat où vous vivez.

  • Des arbres adaptés à la culture en bonsaï :

Je ne vous déconseillerai aucune essence sous prétexte qu’elle est plus délicate qu’une autre à former. Seules les qualités esthétiques et les qualités d’adpatation aux techniques du bonsaï sont prises en compte ici. Une indication de difficulté sera quand même donnée.

Pour les conifères :

Essence Nom vernaculaire Difficulté
JUNIPERUS Chinensis Genévrier de chine Facile
JUNIPERUS Communis Genévrier commun Facile
TAXUS Baccata If Moyenne
PINUS Sylvestris Pin sylvestre Moyenne
PINUS Mugho Pin mugo Facile
PINUS Nigra Pin noir Facile
CEDRUS Atlantica Cèdre de l’atlas Moyenne

Pour les feuillus :

Essence Nom vernaculaire Difficulté
ACER Burgeranium érable buerger Facile
CRATAEGUS Aubépine Moyenne
CARPINUS Betulus Charme Facile
FAGUS Sylvatica Hêtre Facile
ULMUS Campestris Orme champêtre Facile
ULMUS Parvifolia Orme de chine Facile
MALUS Evereste Pommier d’ornement Facile
PRUNUS Incisa Cerisier du japon Pas facile
  • Des arbres adaptés à votre climat :

A ce niveau là, c’est un peu de bon sens qu’il faut. Si vous habitez dans le sud de la france, il va être difficile de cultiver des érables palmés, par contre, ce sera plus simple d’entretenir des érables de montpellier.

Il est aisé de cultiver des essences qui poussent naturellement dans votre région. Si vous avez de grandes aubépines dans les haies à quelques kilomètres de chez vous, à coup sûr le climat leur conviendra.

Il y a quelques essences comme le juniperus qui se plaisent partout à condition d’être bien exposés.

Quel arbre choisir ?

Admettons que vous ayez repéré un groupe de pins sylvestre à la jardinerie du coin. Si le climat sous lequel vous vivez permet de le cultiver facilement, il ne reste plus qu’à dénicher celui qui a le plus beau potentiel. Il est parfois aussi bon de renoncer si aucun n’est convenable, vous trouverez votre bonheur ailleurs ou plus tard.

Les premiers points à vérifier sont les suivants :
- le nebari [1]
- la ligne de tronc
- l’emplacement des branches principales

Le plus important est d’avoir un beau nebari ; pour le vérifier il va falloir gratter le substrat le long du tronc jusqu’à atteindre le départ des racines. Certains défauts sont corrigeables plus ou moins facilement. Une inversion de conicité [2] ou un gros point de greffe sont des défauts assez gênants et parfois impossibles à corriger, même pour un bonsaika aguerri.

La ligne de tronc va donner le caractère futur de votre arbre. Pour se faire une idée du potentiel il faut regarder l’arbre sous toutes ses faces et essayer de se l’imaginer une fois débarrassé du superflu. Beaucoup d’arbres n’ont aucun potentiel, il ne faut pas hésiter à les éliminer d’office pour se concentrer sur ceux qui peuvent donner plus tard un bonsaï correct.

L’emplacement des branches principales est primordial pour un conifère, de même que leur implantation par rapport au tronc. En revanche ça l’est beaucoup moins pour un feuillu qui lui peut être entièrement reconstruit.

Il est évident qu’il faut faire un premier tri en regardant la ligne de tronc des arbres que l’on a devant soi, ce qui permet déjà d’en éliminer un bon paquet. Ensuite il faut vérifier tout ce qui est point de greffe et inversion de conicité. Et ensuite seulement on dégage le nebari. Parfois l’inversion de conicité ou le point de greffe se trouvent enterrés. Vous comprendrez bien sûr que le pépiniériste n’a pas envie de vous voir gratouiller tous les plants un par un.

Une fois rentré à la maison

Vous avez eu la joie et le plaisir de trouver un arbre qui vous plaise. Il faut dès à présent lui offrir un environnement qui lui convienne. Pour celà rien de mieux que de filer dans l’index des fiches de culture de Parlonsbonsaï pour y trouver toutes les informations le concernant. Vous ferez déjà un peu mieux connaissance avec lui.

Bien évidemment, dans 90% des cas, le jour de l’achat ne correspond pas au bon moment pour commencer à travailler votre arbre. Vous pouvez cependant commencer à le nettoyer. Cela peut consister pour un pin par exemple à lui retirer les vieilles aiguilles sèches et les petites branches mortes. Vous pouvez nettoyer la base de l’arbre si elle est recouverte de mousse. faites attention lors de cette étape à ne pas endommager l’écorce. Il bien aussi d’enlever le surplus de terreau tout en haut de la motte. Pour cela, il suffit de gratter jusqu’à arriver aux premières racines fines. Ensuite coupez le pot en plastique au niveau de la terre.

Et après...

Votre arbre est maintenant prêt pour une analyse esthétique et une ébauche de projet. Les étapes suivantes seront surtout dédiées au rempotage et à la culture afin de préparer l’arbre aux travaux de mise en forme. N’oublions surtout pas que l’on ne travaille que des arbres bien cultivés et vigoureux car ils répondront ainsi parfaitement à nos sollicitations.

haut de page